Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 29 avril 2011

Belgique :La peur « bleue » du Pds à l’endroit de Macky Sall

Le comité d’initiative et stratégique des jeunes de l’APR Benelux constate le syndrome Macky Sall  et APR dans les rangs du PDS de Belgique. Ce qui  pousse ce parti à faire des sorties inopinées dans les média. Des déclarations  inaudibles qui, à juste titre, frisent le ridicule.
Le PDS Belgique nourrit une peur au ventre devant  la poussée fulgurante,  ascensionnelle de l’APR dans le Benelux soutenue par des acteurs politiques digne de nom. L’APR perturbe le PDS, le dérange, le désaxe et le plonge dans le désordre. Les  ‘’P’tits ‘’  du PDS outsider ne trouvent  comme voie de salut que de s’attaquer  à la personne de notre charismatique Président de Parti,  l’Honorable Macky Sall.
Notre Coordinateur  Général du Benelux,  Alioune DIOP nous conseille de ne pas céder aux querelles de cocher qui nous amènent à des niveaux qui ne sont guère des nôtres. Mais, force est de reconnaître que le Président Macky Sall est une personnalité de référence.
Macky Sall restera une référence dans les milieux estudiantins et universitaires, dans la société civile et la vie professionnelle.  Egalement, il demeure une référence en tant qu’homme d’Etat et leader politique.
Quand il prenait les commandes du gouvernement, il avait trouvé un gouvernement neutralisé par une querelle politique aigue  entre Abdoulaye Wade et Idrissa Seck, un Pds inerte et sans perspectives de progrès. Macky Sall restaure le calme et la paix, instaure une discipline de respect et de travail, pose les jalons du développement et met sur orbite les grands chantiers. Directeur de campagne, il a fait réélire Me Abdoulaye Wade au premier tour de la présidentielle de 2007.
C’est ainsi qu’Abdoulaye Wade parlant de lui, disait :
‘’ Macky Sall est un modèle de jeune, à force de travail et de fidélité, il s’est imposé comme premier ministre. Il est modeste. Il ne fait pas beaucoup de bruit mais il est efficace et c’est ce qui est le plus important ‘’. Qui dit mieux ?
 (Voir la vidéo  
http://www.youtube.com/watch?v=MsGOBFVsvv4&feature=player_embedded#at=34
Macky Sall demeure un citoyen d’une grande politesse. Respectueux des convictions d’autrui, il croit indubitablement que tous les sénégalais naissent libres et égaux. Et qu’être fils du Président de la République ne doit permettre d’offrir aucunement des privilèges au dessus de la loi. La réussite du Président Macky Sall n’est que le fruit d’un long travail préalable et de la volonté d’aboutir. En matière de travail, l’Apr, son parti dans le Benelux le fait bien vidéo en appuihttp://www.youtube.com/user/SENYAAKAAR#p/a/u/1/CWl9zmpe04k
Aujourd’hui, faire un appel politique contre Macky Sall n’est que jalousie et myopie politique. Heureusement qu’une convergence politique ne peut être uniforme. Mais, le peuple sénégalais est conscient que toutes les forces, politiques et sociales, se doivent de converger vers Macky Sall pour diriger le pays au lendemain de la présidentielle de février 2012. Un  espoir pour la diaspora du Benelux et du monde, y compris pour des millions de sénégalais.
Au PDS ou au PDSL de balayer devant sa porte pour respecter la constitution qu’il tripote à leur image.
Ce qui est évident, ce parti qui se targue des sept merveilles et où on décèle au moins sept erreurs techniques, est au crépuscule de son règne.  

Le C.I.S.J   APR

Bintou Sidibé
Belgique

 

Ces polygames qui veulent diriger le Sénégal

Le Palais présidentiel sera fortement convoité à la prochaine présidentielle de 2012. Il se pourrait que ce combat soit remporté par un polygame pur et dur. Pour le moment, les quatre (04) candidats qui ont déclaré leur candidature ont tous plus d’une épouse. Ce sont des polygames.

 

Moustapha Niasse, plus proche de sa «Niarél» : Commençons d’abord par Moustapha Niasse Secrétaire Général de l’Afp. L’ancien candidat à la présidentielle de 2007 est polygame depuis plusieurs années. Sa «Awo» est la mère de ses plus grands enfants Cheikh Tidiane Niasse et Pape Niass. Sa seconde épouse se nomme Marième. D’ailleurs, c’est elle qui gère beaucoup de choses même au sein de sa formation politique. Certains estiment que c’est Marième la véritable patronne de l’Afp. Une fois élu Chef de l’Etat du Sénégal, Moustapha Niasse n’aura pas de problème pour choisir sa Première Dame. Elle est connue d’avance.

Me El Hadji Diouf, trois épouses donc trois mandats ? : L’avocat Président du Parti du Travail et Peuple (PTP), Me El Hadji Diouf fleurte avec le sommet. Ce futur candidat à la présidentielle de 2012 a déjà trois (03) épouses toutes opérationnelles. Il ne lui reste qu’une place pour atteindre le sommet. Avec Me Diouf, le Sénégal aura des problèmes pour avoir une première Dame. Sa troisième se nomme Mame Diarra.

Ousmane Tanor Dieng, un soldat à deux galons : Le Premier Secrétaire du Ps, Ousmane Tanor Dieng est polygame depuis belle lurette. L’ancien Directeur de Cabinet du Président, chargé des Affaires présidentielles n’hésitera pas à compléter la liste. Peut être après son élection à la présidentielle de 2012.

Serigne Modou Kara, dépasse les limites : Nous n’allons pas nous aventurer à compter le nombre d’épouses qu’a le marabout Serigne Modou Kara Mbacké. Il en a plusieurs. Kara a déclaré sa candidature, mais il devra d’abord dire aux Sénégalais qui sera la première Dame s’il est élu ? Mme Sokhna Dieng semble mieux placée. Mais attention !!!

(BITIMREW.NET)

vendredi, 15 avril 2011

LA FIN DES GBAGBO

dimanche, 03 avril 2011

L'homme qui va faire perdre Sarkozy

Hervé Gattegno, rédacteur en chef au "Point", intervient sur les ondes de RMC du lundi au vendredi à 7 h 50 pour sa chronique politique "Le parti pris".

Ce matin, vous voulez évoquer un conseiller de Nicolas Sarkozy qu'on voit peu, mais dont on parle beaucoup : Patrick Buisson. On dit de lui qu'il est l'inspirateur de la ligne droitière du président de la République. Pour vous, il est l'homme qui va faire perdre Sarkozy en 2012. Pourquoi ?

Nicolas Sarkozy est convaincu que Patrick Buisson est l'un des principaux artisans de sa victoire en 2007. Pourquoi ? Parce que c'est lui qui lui a soufflé l'idée de créer un ministère de l'Immigration et de l'Identité nationale, et que Nicolas Sarkozy pense que ce signal a amené beaucoup d'électeurs à se détacher du FN pour se rallier à lui. Buisson, ce n'est pas un conseiller politique ordinaire: c'est un journaliste venu de l'extrême droite et qui n'a jamais renié ses idées. Il aime le chant grégorien, la messe en latin et il est passionné par l'histoire de l'OAS et par la vie sexuelle en France sous l'Occupation. Un vrai progressiste. Depuis l'été dernier, on l'imagine derrière tous les choix qui divisent la majorité - les expulsions de Roms, le retrait de la nationalité, le fameux débat sur l'islam et la laïcité... Et on a raison de l'imaginer, car c'est la vérité. Mais on ne peut pas dire que ça produise d'excellents résultats !

Dans Paris-Match de cette semaine, Patrick Buisson défend pourtant cette stratégie au nom de la reconquête de l'électorat populaire...

C'est son leitmotiv. Il est persuadé que les catégories sociales les plus défavorisées forment les bataillons du lepénisme sans être d'extrême droite pour autant - avis d'expert... Donc, son pari, celui qu'il a "vendu" à Nicolas Sarkozy, c'est de mettre des mots sur ce qu'il analyse comme un malaise identitaire doublé d'un sentiment d'abandon.

lundi, 28 mars 2011

Louga : aminata mbengue ndiaye accusée d’avoir acheté une voiture 4x4 et du carburant d’une valeur de 100 millions de francs

AMINATA ASSUME LA CORESPONSABILITE DE L’ECHEC DE WADE ! : « J’ai été abusée… Je demande pardon aux Sénégalais…J’arrête mon compagnonnage ingrat avec lui »

« Wade est un trompeur, un calculateur, un diviseur par excellence, un amnésique de toutes ses promesses…J ’ai été abusée par celui-ci, au même titre que tout le monde. Je demande pardon aux Sénégalais ; j’arrête mon compagnonnage ingrat avec Wade et j’assume la coresponsabilité de tout ce qui s’est passé .Ainsi a parlé Aminata Tall, devant une foule immense venue répondre à son appel. Reste à savoir où est-ce qu’elle ira poser ses baluchons, ou si elle préfère demeurer au Pds ?

 Juste après avoir reçu, séance tenante, « la carte blanche » de la fédération libérale de Diourbel, au terme d’une résolution lue par le porte –parole du jour, celle que ses militants surnomment « la dame de fer », s’est livrée à un véritable réquisitoire à l’encontre de la personne de Me Abdoulaye Wade. Un réquisitoire digne des plus coriaces opposants politiques du Chef de l’Etat actuel. 

D’abord les excuses, la mort dans l’âme 

Accusant Wade d’avoir trahi les aspirations des populations sénégalaises durant ces 11 années d’Alternance, l’ex-mairesse de Diourbel a tenu à présenter ses excuses à tout le pays. « Je demande, solennellement, pardon aux Sénégalais et aux Sénégalaises pour la coresponsabilité de tout ce qui s’est passé dans ce pays. En effet, j’ai toujours demandé aux uns et aux autres de faire confiance au Président Wade. J’ai cru à un idéal, à une idéologie de justice, de travail, à un homme, et j’ai été déçue, il faut l’avouer », tonnera-t-elle, avant de scander et faire scander : « Me Wade Naxnanu ! » (Me Wade nous a trompés, en français). C’est la mort dans l’âme, dira-t-elle, qu’elle s’est résolue à faire face à la réalité ; et à, finalement, se décider à prendre la décision qui s’imposait. Pourtant, Aminata Tall martèlera que, malgré « l’échec de Wade », dont elle dit assumer sa part de responsabilité, que jamais elle n’a accepté de fonctionner comme son ex-mentor, qu’elle qualifiera de calculateur et d’amnésique par excellence. En effet, loin de « lui » ressembler : « Je ne vous ai jamais menti, je n’ai jamais volé, j’ai toujours refusé d’entrer dans cette catégorie de politiciens déloyaux, voleurs et menteurs qui ont perverti la politique. Il n’a jamais été de mon genre de dire des promesses que je ne pouvais pas assumer ». D’ailleurs, précisera notre interlocutrice, si elle a refusé le ministère de l’Emploi et de la fonction publique, c’est parce qu’on a voulu, à tort, lui faire croire qu’elle pouvait mettre terme au chômage dans la région de Diourbel. 

Le bilan de Wade qualifié d’échec humiliant 

Sabotant, parfois, le régime libéral, Aminata Tall se plaira de demander aux Diourbelois de lever la main, s’ils sont chômeurs. Et puisque tout le monde s’est précipité de lever la main, l’ex-Secrétaire générale de la Présidence conclura, « notre région a été oubliée comme tout le Sénégal, d’ailleurs ». Pourtant, soulignera-t-elle, Diourbel « a, de tout temps, enchainé les victoires pour le Parti démocratique Sénégalais ». Alors, suivait, automatiquement, un autre slogan : « Nax-Yi dafa Doy » (assez des duperies ! ». Mieux, elle fera le bilan de l’Alternance, de manière générale. Un bilan, à son avis on ne peut plus sombre, caractérisé par les malversations, la gabegie, le chômage, les délestages électriques… A l’en croire, les Sénégalais sont fatigués. Aucun secteur de la vie ne marche, convenablement.

 « Wade, le diviseur par excellence » 

« Diviser pour mieux régner » ! Telle semble être, selon Aminata Tall, la technique favorite du patron du Pds. Dans un schéma qu’elle façonnera, Abdoulaye Wade est un père de famille qui, après avoir construit une belle maison, a décidé de faire sienne « la politique du déluge, après moi, c’est rien ! ». C’est ce qui justifie, selon lui, le départ de tous ses opposants d’aujourd’hui qui, par le passé, ont été ses plus fidèles enfants. Faisait-elle allusion à Macky Sall et à Idrissa Seck ? Cette pratique a, même, été de mise avec ses alliés de 2000, ajoutera Mme Tall. Dans la foulée, « La dame de fer » profitera de l’occasion pour rendre hommage, les citant nommément, à Moustapha Niasse de l’Afp, Abdoulaye Bathily du Pit, Amath Dansokho de la Ld et Landing Savané de l’Aj-Pads, qui ont été les véritables artisans de l’Alternance. 

Le divorce 

S’estimant ahurie et complètement déboussolée par Wade et sa manière de faire la politique, Aminata Tall affirmera sa décision finale de rompre les amarres qui l’ont, toujours, liée au Chef de l’Etat. Ainsi, lâchera-t-elle, mots pour mots : « Je lance un appel solennel, aux libéraux, aux experts de la démocratie, à tous les sympathisants, aux hommes et femmes d’Etat, pour une République forte, pendant qu’il est temps. Vous l’avez dit, je dois prendre une décision. Cette décision, la voici. J’ai décidé de mettre un terme à ce compagnonnage ingrat avec Me Abdoulaye Wade ». Où va-t-elle, désormais, poser ses baluchons ? Ou, peut-être, préférera-t-elle, malgré tout, demeurer au Pds ? L’avenir nous édifiera… .

 

Ces stars ont chanté pour Khadaffi

MSN a enquêté sur les différentes pop stars qui ont donné un concert privé pour le dictateur libyen Khadaffi.

 

Performed for Gaddafi(©AP)

C'est bien connu, les dictateurs rafolent des soirées fastueuses et démesurées. Pourquoi s'en priveraient-ils ? Leur fortune est aussi élevée que celle de tous leurs sujets réunis.

D'ailleurs, il n'est pas rare de voir, lors de ces soirées, une star internationale donner un show privé en échange de quelques millions... Pour cet énorme somme, ces stars sont prêtes à compromettre leur éthique en se produisant pour un tyran assoiffé de sang comme Mouammar Khadaffi.

Aujourd'hui, le régime du leader libyen est plus impitoyable que jamais et ces stars à la réputation entachée tentent tant bien que mal de limiter les dégâts. Ainsi, certaines d'entre elles ont décidé de faire don de leurs cachets à des œuvres de charité. Découvrez qui sont ces stars dans notre galerie !

Libye: le Qatar reconnaît le Conseil national de transition

Le Qatar a reconnu lundi le Conseil national de transition (CNT) en Libye, organe de direction de la rébellion contre le régime de Mouammar Kadhafi, devenant le deuxième pays après la France à reconnaître ce Conseil, a rapporté l'agence officielle QNA.

 

Libye: le Qatar reconnaît le Conseil national de transition

Il s'agit du premier pays arabe à reconnaître cet organe, composé de 31 représentants des principales villes libyennes, qui sert de gouvernement de fait à l'opposition qui étend son contrôle sur l'est du pays. "L'Etat du Qatar a décidé de reconnaître le CNT comme l'unique représentant légitime du peuple libyen", a déclaré un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, cité par QNA. Ce Conseil "représente la Libye et son peuple du moment qu'il groupe des représentants de toutes les régions de ce pays et qu'il a été accepté par le peuple libyen", a ajouté le porte-parole.

vendredi, 25 mars 2011

Après le séisme, l' enjeu pour la mafia japonaise

Au lendemain du séisme et du tsunami qui ont frappé le Japon, les premiers arrivés sur place n'étaient ni les organisations non gouvernementales, ni même l'armée. Les yakuzas, la mafia japonaise, ont dépêché des centaines d'hommes et des dizaines de camions chargés de couvertures, de nouilles lyophilisées, de lampes de poche et de couches pour bébé. Ils ont par la suite ouvert les portes de leurs entreprises aux réfugiés à Tokyo.

 Jake Adelstein, journaliste américain spécialiste de la mafia japonaise, auteur du livre Tokyo Vice : An American Reporter on the Police Beat in Japan (éditions Pantheon Books), explique l'intérêt qu'ont les yakuzas dans la région du Tohoku, frappée par le séisme. 'Le crime organisé japonais détient 3 % à 4 % de l'industrie du bâtiment. En étant les premiers sur le terrain, ils espèrent pouvoir récupérer une part du marché de la reconstruction. Et en avançant vite leurs pions, ils n'auront pas à payer cher.'

'ILS PEUVENT AGIR TRÈS VITE, ILS N'ONT PAS DE RÈGLES À SUIVRE'

Lors du séisme de Kobé, en 1995, l'aide du gouvernement était totalement désorganisée. Seul le Yamaguchi-Gumi, principale organisation yakuza du Japon, dont le siège est à Kobé, était en mesure de fournir une aide concrète aux habitants de la ville dévastée, mobilisant même un hélicoptère. Ils ont immédiatement investi massivement dans la reconstruction et engrangé des milliards de profit.

'Ils peuvent agir vite car ils n'ont pas de règles à suivre. Quand les routes étaient impraticables avec les camions, ils ont fait descendre une vingtaine d'hommes portant les sacs sur leur dos', raconte Jake Adelstein.

Pour agir les mains libres, le crime organisé japonais détient un certain nombre de sociétés-écrans, notamment dans les domaines de l'immobilier et de la finance. C'est en partie au nom de ces entreprises qu'ils ont dégagé des fonds. Leurs nombreux relais dans les milieux politiques, qui font régulièrement l'objet d'articles dans la presse, leur permettent d'exercer des activités illégales sans être véritablement inquiétés

Les raids aériens occidentaux se poursuivent en Libye

Des avions de la coalition occidentale ont bombardé vendredi des unités blindées de Mouammar Kadhafi dans l'est de la Libye pour ouvrir la voie aux rebelles qui tentent de prendre le contrôle d'Ajdabiah, un carrefour stratégique.

Photos/Vidéos liées

 Au cours des dernières 24 heures, les forces de la coalition, emmenée par les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne, ont tiré 16 missiles de croisière Tomahawk et effectué 153 sorties aériennes, selon l'armée américaine.

Un avion français a détruit dans la nuit une batterie d'artillerie des forces régulières près d'Ajdabiah, à 160 km au sud de Benghazi, la "capitale" des rebelles dans l'Est libyen.

Le ministère britannique de la Défense a annoncé pour sa part qu'un chasseur-bombardier Tornado avait tiré des missiles sur des véhicules de l'armée libyenne menaçant des civils dans la même région.

Selon un porte-parole de l'Alliance Atlantique, les opérations de l'Otan pour faire respecter la zone d'exclusion aérienne dans le ciel libyen pourraient durer trois mois.

La France a prévenu que l'issue du conflit ne serait pas rapide. "Je doute que ce soit en jours, je pense que ce sera en semaines, j'espère que ce ne sera pas en mois", a dit l'amiral Edouard Guillaud, chef d'état-major des armées françaises.

Les Occidentaux espèrent que ces opérations, lancées samedi dernier sous mandat de l'Onu pour assurer la protection des populations civiles et instaurer une zone d'exclusion aérienne, vont renverser le rapport des forces en faveur des rebelles.

A Tripoli, des habitants ont fait état d'un raid aérien juste avant l'aube, suivi d'explosions et de rafales de la défense antiaérienne.

NOUVELLE OFFENSIVE À ADJABIAH

Dans l'Est, les rebelles s'apprêtent à lancer une offensive à Ajdabiah contrôlée par les forces de Kadhafi. Véhicules chargés de lance-roquettes, nombreux pick-up lourdement armés: les insurgés semblent mieux préparés et organisés que ces derniers jours. De nouvelles routes menant à Ajdabiah ont été bloquées et les rebelles communiquent entre eux par téléphone.

Reprendre le contrôle d'Ajdabiah serait une grande victoire pour l'insurrection de l'Est qui en a été chassée il y a deux semaines par des forces armées libyennes mieux équipées.

Une telle victoire confirmerait en outre que les frappes aériennes occidentales aident considérablement les rebelles.

A Benghazi, leur porte-parole Moustapha Gheriania a dit qu'il s'attendait à ce qu'Ajdabiah tombe vendredi ou samedi.

"Les frappes aériennes de la nuit dernière vont fragiliser les forces de Kadhafi et plus que tout leur moral" a-t-il dit aux journalistes, jugeant les frappes occidentales "suffisantes. Nous nous sentons en sécurité sous leur protection."

Le responsable du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) dans l'est de la Libye, Simon Brooks, a fait état de déplacements importants de population d'Ajdabiah en raison des combats. Le CICR a envoyé 700 tentes dans cette zone pour venir en aide aux déplacés. A Ajbadiah, l'hôpital est "très proche de là où se déroulent les combats. Il est très difficile pour les personnes d'y avoir accès", a ajouté Simon Brooks.

L'UA PLAIDE EN FAVEUR DU DIALOGUE

Intervenant pour la première fois depuis l'adoption de la résolution 1973 au Conseil de sécurité de l'Onu, l'Union africaine, hostile à toute forme d'intervention étrangère en Libye, a annoncé qu'elle souhaitait faciliter des discussions entre les deux parties pour mettre un terme au conflit.

"L'action de l'UA progresse dans le cadre d'un processus politique déterminé visant à faciliter un dialogue entre les parties libyennes sur des réformes à lancer pour éliminer les racines du conflit (...) et qui devraient aboutir à l'élection d'institutions démocratiques", a déclaré le président de la commission de l'UA, Jean Ping.

Les Emirats arabes unis ont confirmé qu'ils engageaient six F-16 et six Mirage dans les patrouilles visant à faire respecter la zone d'exclusion aérienne. Le Qatar a d'ores et déjà mobilisé deux chasseurs et deux avions de transport de troupes.

Le Soudan a parallèlement accepté d'ouvrir son espace aérien aux avions participant à l'opération, dit-on de sources diplomatiques aux Nations unies, où la délégation de Khartoum n'a fait aucun commentaire.

A Bruxelles, les 28 pays membres de l'Otan sont convenus tard jeudi soir de faire respecter une zone d'exclusion aérienne mais ne sont pas tombés d'accord pour prendre le commandement de l'ensemble des opérations militaires.

Après quatre jours d'âpres discussions sur le rôle que devait jouer l'Otan, le secrétaire général de l'Alliance atlantique, Anders Fogh Rasmussen, a déclaré que le mandat de l'Otan n'irait pour l'instant pas au-delà de la mise en oeuvre de la zone d'exclusion aérienne et d'un embargo sur les armes.

L'Otan devrait prendre le commandement des opérations militaires dans deux ou trois jours, a annoncé vendredi le ministre italien des Affaires étrangères, Franco Frattini.

Avec Mohammad Abbas et Angus MacSwan à Benghazi, David Brunnstrom à Bruxelles, Henri-Pierre André et Marine Pennetier pour le service français.

Reuters

Vidéo: Un journaliste italien pose une colle à Nicolas Sarkozy: «Appelez ma femme»

20minutes.fr

POLITIQUE - Quand il n'a rien à dire, le président préfère se taire...

«Bravo, 1-0 pour l'Italie.» Nicolas Sarkozy préfère en rire, mais ce journaliste transalpin vient de lui poser une vraie colle. En gros, celui-ci veut savoir ce que le président français, interrogé en marge du Conseil européen de Bruxelles ce vendredi, pense des mesures du gouvernement Berlusconi concernant la tentative d'OPA de Lactalis sur Parmalat.

«Si vous voulez bien revenir en deuxième semaine, j'aurai travaillé», demande Nicolas Sarkozy, grimace à l'appui, et sous les rires de l'assemblée de journalistes présents. Reconnaissant mal connaître le dossier, le président français trouve alors une solution pour ce journaliste, qui souhaite lui téléphoner un peu plus tard à ce sujet:  «Téléphonez à ma femme plutôt, en Italien.»

Plus d'infos sur 20minutes.fr

vendredi, 18 mars 2011

Michel Daerden: ses frasques , c'est du Naturel

darden.jpg

Cible d’une "tentative de renversement" au sein de sa commune d’Ans, Michel Daerden se montre pourtant détendu, comme le démontre sa participation à l’émission de divertissement d’Arthur diffusée hier soir sur Plug RTL. Le ministre fédéral n’en est pas à sa première frasque.

Tout le monde aime ‘papa’

Tout le monde sait quel politicien s’est attribué le surnom ‘papa’. Et sa notoriété et son succès politique ne font qu’augmenter au fil de ses apparitions publiques plus ou moins avinées. En 2006, il est lui-même convaincu que tout le monde aime ‘papa’.

mardi, 15 mars 2011

«Mon ami Sarkozy est fou»

«Mon ami» le président français Nicolas Sarkozy est «fou», estime le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi dans une interview qui devait être diffusée mardi soir par une télévision allemande.

«mon ami sarkozy est fou»

«C'est mon ami, mais je crois qu'il est devenu fou. Il souffre d'une maladie psychique. C'est ce que dit son entourage. Ses collaborateurs disent qu'il souffre d'une maladie psychique», a déclaré M. Kadhafi dans une interview qui devait être diffusée par la chaîne allemande RTL.

Le leader libyen, contesté par une révolte populaire, n'a pas précisé si cette «maladie» était liée au «grave secret» dont l'agence officielle libyenne Jana a fait écho, affirmant que sa révélation entraînerait la chute du président français.

Paris est particulièrement critiqué depuis sa reconnaissance du Conseil national de transition libyen, qui réunit l'opposition au régime du colonel Mouammar Kadhafi, comme seul représentant légitime du peuple libyen.

Concernant les violences dans son pays, M. Kadhafi a affirmé que «ce petit événement» a fait «seulement 150 à 200 morts», pour moitié dans les rangs des forces de sécurité.

La rébellion «sera brisée et tout redeviendra normal», a-t-il ajouté lors de cette interview réalisée dans une tente sur la base militaire de Bab al-Azizia à Tripoli, selon RTL.

M. Kadhafi a également estimé injustifiées les critiques à son encontre aux Etats-Unis et en Europe. «Mais qu'est ce que j'ai fait pour les décevoir?» a-t-il demandé.

«Je n'ai pas de poste officiel et je ne peux donc pas être critiqué. Est-ce-qu'on critique le reine Elizabeth II d'Angleterre pour sa politique?».

Il a également affirmé qu'à l'avenir son pays ne ferait plus d'affaires avec les pays occidentaux qui «ont conspiré contre nous».

«Nous allons maintenant investir en Russie, en Inde, et en Chine», a-t-il déclaré.

«On peut oublier l'Occident», a-t-il ajouté, tout en... lire la suite de l'article sur Libération.fr

jeudi, 10 mars 2011

Algérie : cinq personnes tuées par l'explosion d'une bombe

Cinq personnes, dont trois membres d'une même famille, ont été tuées, mardi 8 mars, par l'explosion d'une bombe artisanale au passage de leur véhicule, dans la région de Djelfa (270 km au sud d'Alger), a rapporté mercredi la presse algérienne.

Cet attentat, non revendiqué, est le plus meurtrier en Algérie depuis plus de cinq mois. La dernière action d'envergure attribuée aux groupes islamistes armés en Algérie remonte à octobre 2010, quand cinq soldats avaient été tués pendant une opération de ratissage d'un maquis islamiste en Kabylie. Un chef local d'Al-Qaida au Maghreb islamique, Mourad Bouher alias Abou Tourab, a par ailleurs été tué lundi soir par l'armée algérienne à Bordj Menaïel, selon plusieurs journaux.

Les violences impliquant des islamistes armés ont endeuillé l'Algérie pendant deux décennies, mais ont considérablement baissé d'intensité ces cinq dernières années. Toutefois, elles persistent dans les régions de Boumerdès et Tizi Ouzou, en Kabylie, dans l'est du pays, et sont attribuées à des groupes se réclamant d'AQMI.


Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

mercredi, 09 mars 2011

L’AFRIQUE SE REVEILLE

 

Le monde arabe est à la croisée des chemins. Il vient d’être secoué par le vent de la liberté porté par une jeunesse armée d’un outil redoutable et combien positif : l’informatique et les réseaux sociaux.
Cet éveil des conciences qui sonne le glas contre le népotisme criard de monarques véreux et sans scrupule me rappelle le climat contestataire de l’Afrique à la veille des Indépendances.
Chers africains, le monde arabe est dans une phase historique, combien noble et louable, pour se libérer du népotisme intrisèque au fonctionnement de gouvernements indignes et irresponsables.
En regardant ce qui se passe dans les gouvernements subsahariens, je ne peux pas m’empêcher de m’interroger sur l’avenir des pays de l’Afrique noire qui, entre les mains d’incompétants qui ne pensent qu’à s’enrichir ignoblement sur le dos de leur peuple. En effet, tous les signaux sont favorables pour que les africains revendiquent et prennent leur destin en main. Pour ce faire, il va falloir nous séparer de nos dirigeants qui dilapident les biens de notre chère Afrique. Je n’aimerai pas entrer dans une argutie fallacieuse concernant les maux qui étouffent le continent africain mais j’en citerai quelqu’uns : la crise énergétique ubuesque qui gangraine l’économie de nos pays, les innondations, le partage du domaine maritime et les spéculations foncières, en gros la mal gouvernance sont autant de questions qui méritent d’être explicitées.
En Afrique noire, les soi-disantes démocraties, pour ne pas dire les despotismes ténus, doivent impérativement arrêter de se servir du peuple à défaut de pouvoir le servir, comme il devrait en être.
Il est inadmissible et insoutenable de voir la misère quotidienne dans laquelle les africains, en général, et les sénégalais en particulier, sont sciemment plongés par des gouvernants. J’en veux pour preuve le fossé béant entre les soi-disants élites (aveuglés oui par le pouvoir) vivant dans une opulence déconcertante et la misère, voire la pauvreté innommable du peuple qui brave vents et marées pour survivre. Cette question de survie est aggravée, non seulement, par des plans de rigueur économique imposée par les institutions financières internationales, mais aussi et surtout par la cupidité et l’insouciance de nos gouvernements incapables d’entendre les maux du peuple.
Ce dernier, affamé, désemparé et angoissé par un (a) venir sombre, n’hésite plus à s’adonner à des pratiques étrangères à nos moeurs et coutumes, à savoir ces immolations ignobles et récurrrentes que le gouvernement feint d’ingorer. J’invite le peuple à se rappeler de ce proverbe de Kocc « Jambaar digu njooloor lay sap » et de saisir l’opportunité du 26 février 2012 pour remplacer de façon démocratique le gouvernement qui, non seulement est à 2
bout de souffle, mais aussi et surtout est incapable de trouver des solutions idoines aux attentes quotidiennes des sénégalais. Et si par une quelconque combine surréaliste, ces diriegants ne voudraient pas entendre la voix du peuple en traficotant les résultats des urnes, le peuple se mettra en posture de prendre ce qui lui revient de droit.
Une telle surdité gouvernementale constituerait le terreau d’une révolution populaire à l’image de ce qui se passe dans le Magreb. Je suis convaincu que les démocarties africaines sont à l’épreuve de la mondialisation. Une telle globalisation ne peut point ignorer l’impunité et la gabégie des dirigeants africains sans vergogne. Les peuples africains sont fatigués et refusent la résignation.
Peuples d’Afrique, ayons foi dans la foi pour sortir notre cher continent de ce marasme que les riches pays du nord aidés par des assimilés veulent nous maintenir. Je suis sûr et certain que la vie est une action combattive contre toute forme de fatalisme.
Vous me direz que proposez-vous ? Je vous donne rendez-vous dans mes prochains articles qui s’articuleront autour des points suivants :
- l’inefficacité des hausses des salaires vu le pourcentage très faible des fonctionnaires par rapport aux onze millions de sénégalais.
- la misère du monde rurale
- les balises d’un développement endogène
- l’apport indispensable de la femme sénégalaise
- requiem pour un système éducatif
- repenser la politique sénégalaise en mettant l’accent sur la probité morale des politiciens sénégalais.
- diagnostiquer le service public sénégalais
El hadji Abdou DIENG
Responsable CCR Suisse
Genève – Suisse.

 

12:42 Publié dans Politique, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : apr |  del.icio.us |  Facebook | | |

Martine Aubry sur les propos de Chantal Brunel: «C'est une négation de la France qu'on aime»

Martine Aubry lors d'une conférence de presse le 16 février 2011 à Clamart.Martine Aubry lors d'une conférence de presse le 16 février 2011 à Clamart.
REACTION - La première secrétaire du PS s'exprimait depuis son déplacement dans la Loire ce mardi...

La polémique se poursuit sur les propos de la députée UMP Chantal Brunel. «Il faut rassurer les Français sur toutes les migrations de populations qui viendraient de la Méditerranée. Après tout, remettons-les dans les bateaux», a-t-elle dit lundi aux journalistes qui l'interrogeaient sur les sondages donnant Marine Le Pen, présidente du Front national, en tête du premier tour de la présidentielle.

«Quand on a un président de la République qui hésite à soutenir la révolte tunisienne, plus rien ne m’étonne, même de la part des députés UMP, a réagi ce mercredi Martine Aubry, en déplacement dans la Loire dans le cadre des cantonales. «C’est catastrophique, c’est une négation de la France qu’on aime, la France qui est admirée dans le monde», a poursuivi la première ...

Un huissier au Front national des LEPEN

Si le parti de Marine Le Pen se porte bien côté sondages, ça va moins bien côté trésorerie.lepen,fn,france

Un huissier s'est présenté la semaine dernière au nouveau siège du Front national, rue des Suisses, à Nanterre. Motif : le parti de Marine Le Pen doit 200 000 euros de cotisations Urssaf. Après cette saisie conservatoire, comme on dit dans le jargon, le FN a un mois pour s'acquitter de ses dettes auprès de son débiteur. Contacté par Le Point, Me Wallerand de Saint-Just, avocat et trésorier du FN, confirme l'information avec cette précision : "L'huissier doit revenir le 10 avril, nous nous acquitterons alors d'une partie des 200 000 euros réclamés. Le FN tient à régler sa dette sociale." Dans le cas contraire, les biens du parti seront saisis.

En fait, c'est la cinquième fois qu'un huissier toque à la porte du FN. Les ennuis financiers ont commencé en 2007, après la désastreuse campagne des législatives. Le FN avait alors dû mettre en vente le "Paquebot", son siège historique à Saint-Cloud. Le 24 février 2010, Jean-Marie Le Pen avait reçu la visite chez lui, dans sa propriété de Montretout à Saint-Cloud, d'un huissier pour un inventaire de ses biens personnels avant saisie.

Le parti est aujourd'hui au régime sec, il n'emploie plus que 20 salariés contre 120 du temps de Bruno Mégret. Pour se renflouer, le FN compte sur les nouvelles adhésions, qui, selon Me Wallerand de Saint-Just, auraient doublé depuis que Marine Le Pen a remplacé son père.

12:09 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lepen, fn, france |  del.icio.us |  Facebook | | |

mardi, 08 mars 2011

Mouammar Kadhafi cherche une issue, l'Onu cherche une résolution

libye, khadafiAlors que la communauté internationale tente de s'accorder sur une réponse face aux combats qui se poursuivent en Libye, Mouammar Kadhafi chercherait une issue "honorable" pour lui et ses proches dans cette crise qui aurait déjà fait un million de réfugiés.

Selon deux journaux en langue arabe et selon la chaîne de télévision Al Djazira, le dirigeant libyen aurait proposé aux insurgés une réunion du Congrès général du peuple, instance qui fait office de parlement, afin d'examiner les conditions de son départ assorties de garanties.

Al Djazira précise que cette main a été tendue en direction du Conseil national installé par l'opposition à Benghazi et qui représente la majorité des régions contrôlées par les rebelles dans l'Est.

Les quotidiens Achark Al Aousat, installé à Londres, et al Bayan, basé aux Emirats arabes unis, citent tous deux des sources anonymes à l'appui d'informations selon lesquelles Kadhafi tente de trouver un compromis.

Une source proche du Conseil national a précisé à Reuters avoir entendu parler d'une proposition suivant laquelle "Kadhafi remettrait le pouvoir au président du parlement et quitterait le pays avec une certaine somme d'argent garantie".

Des sources proches du Conseil ont informé le correspondant de la chaîne Al Djazira à Benghazi que la demande du dirigeant libyen a été refusé par les insurgés car elle reviendrait à lui accorder une sortie "honorable" et serait perçue comme une offense aux victimes .

"Il m'a été dit que cette question de l'argent constituait un obstacle important du point de vue du Conseil", a précisé une source à Reuters.

Essam Gheriani, chef du service de presse du Conseil, a déclaré qu'à sa connaissance aucune offre n'avait été présentée au gouvernement parallèle .

L'ONU CRAINT UNE CRISE HUMANITAIRE

Cette tentative intervient au moment où les forces libyennes, engagées dans une contre-offensive dans le golfe de Syrte, ont mené des attaques aériennes contre le port pétrolier de Ras Lanouf.

Des populations civiles se trouvent encerclées par les troupes loyalistes dans les villes de Misrata et Zaouïah et les craintes d'une crise humanitaire grandissent tandis que les combats se poursuivent.

Valerie Amos, qui dirige le Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'Onu à Genève, estime que plus d'un million de personnes ont fui le pays ou ont besoin d'une assistance humanitaire d'urgence.

L'Onu a appelé à lever 160 millions de dollars pour financer une opération visant à fournir à ces populations des abris, des médicaments et des vivres au cours des trois prochains mois.

La France et la Grande-Bretagne ont annoncé qu'elles tentaient d'obtenir des Nations unies une zone d'exclusion aérienne sur le territoire libyen afin d'empêcher les bombardements menés par l'armée de l'Air contre les insurgés.

Le secrétaire au Foreign Office, William Hague, a indiqué que Londres travaillait en étroite collaboration avec ses partenaires sur les éléments d'une résolution instaurant une zone d'exclusion et impliquant un nécessaire soutien des pays de la région dans le respect du droit international.

Cette position a été confirmée par une source française tandis que les Etats du Golfe ont appelé à l'entrée en vigueur d'une telle mesure et à la tenue d'un sommet d'urgence de la Ligue arabe.

SURVEILLANCE DE L'OTAN

Anticipant l'adoption éventuelle d'une telle résolution, l'Otan a mobilisé des avions de reconnaissance Awacs pour surveiller la Libye 24 heures sur 24, a annoncé lundi Ivo Daalder, ambassadeur des Etats-Unis auprès de l'Alliance.

"Je ne peux pas imaginer que la communauté internationale et les Nations unies resteront les bras croisés si Kadhafi et son régime continuent de s'en prendre à leur peuple", a dit Anders Fogh Rasmussen, secrétaire général de l'Otan. "Nous avons demandé à nos militaires de prendre toutes les mesures nécessaires pour être prêts à intervenir rapidement", a-t-il ajouté.

Face à cette mobilisation, un fils de Kadhafi a de nouveau brandi des menaces, affirmant que son père n'avait pas encore jeté toute son armée dans la bataille et qu'un départ du dirigeant libyen déboucherait à coup sûr sur une guerre civile.

Les tribus se ligueraient les unes contre les autres et la Libye deviendrait une nouvelle Somalie, a affirmé Saadi Kadhafi dans un entretien accordé à la chaîne de télévision Al Arabia.

Sur le terrain, les insurgés ont repoussé ce week-end plusieurs assauts contre Zaouïah, à 50 km à l'ouest de Tripoli, où il n'est plus possible d'établir un contact direct. Un groupe d'opposants libyens en exil en Suisse, la Libya Human Rights Solidarity, a déclaré que les forces gouvernementales avaient de nouveau attaqué la ville lundi.

Sur le front Est, les forces pro-Kadhafi, après avoir reconquis dimanche la localité de Bin Djaouad, avancent vers Ras Lanouf, 60 km plus à l'est, selon plusieurs témoins.

Des habitants du port pétrolier, qui a interrompu ses activités selon des sources proches du transport maritime à Londres, ont commencé à quitter la ville et des insurgés ont dit transférer des armes dans le désert pour les mettre à l'abri.

Pierre Sérisier pour le service français

Reuters 

lundi, 07 mars 2011

Réunion des cadres libéraux de France Les dessous d’un échec

Par  ICHRONO - Il semble que les libéraux Sénégalais de France soient entrain de voguer en eaux troubles. La question mérite d’être posée après la réunion des cadres libéraux de France qui s’est tenue le samedi 5 mars 2011, dans le XII arrondissement à Paris (hôtel IBIS).Cette rencontre qui s’est déroulée en présence d’une forte délégation de la CIS de Dakar (Cellule initiatives et stratégies) et de hauts responsables du parti démocratique sénégalais en France s’est soldée par un échec.

En termes de participants, ils étaient seulement une quinzaine, y compris les membres de la délégation.En termes de résultats : la délégation conduite par la CIS de Dakar  était censée, entre autres, présider la formation d’un bureau. Cet objectif  n’a pas été atteint du fait de l’absence de nombreux cadres libéraux qui, semble-t-il,  refuseraient tout diktat de Dakar.

La Cellule initiatives et stratégies, selon nos sources, serait fortement divisée en 2 camps.

 Cette cellule de France mise en place par l’ex Premier Ministre Macky Sall en 2004 a connu, ces, dernières années, de nombreuses défections et peine à recruter, voire même, mobiliser les cadres Sénégalais de France en raison d’une persistante léthargie.

Est-ce là un mauvais présage pour le candidat Abdoulaye Wade qui nourrit de sérieuses inquiétudes à l’orée de la présidentielle de 2012.

Ce qui est sûr, c’est que les cadres libéraux auront fort à faire pour remonter la pente.