Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 02 décembre 2017

Des lots de laits infantiles 1er âge retirés après la contamination de vingt bébés par des salmonelles

Les autorités sanitaires demandent aux parents de ne pas utiliser les boîtes issues de ces lots, et recommandent de prendre rendez-vous avec un pédiatre ou de demander un lait de substitution en pharmacie.

 

Alerte sur certains laits infantiles. Après la contamination de vingt bébés de moins de 6 mois par des salmonelles, l'entreprise Lactalis procède au retrait et au rappel de douze lots de laits 1er âge, annonce la Direction générale de la Santé (DGS) dans un communiqué diffusé samedi 2 décembre. Ces lots ont été commercialisés sous trois marques différentes : Picot, Pepti Junior et Milumel.

A ce jour, les famille de treize des vingt enfants contaminés ont été interrogées. Tous ont "consommé du lait infantile 1er âge issu de productions élaborées entre mi-juillet et fin novembre sur un même site de production du groupe LNS (Lactalis)", précise la direction générale de la Santé. Les enfants contaminés l'ont été dans huit régions différentes.

Un numéro vert mis en place

Les autorités sanitaires demandent aux parents qui ont encore des boîtes de ces lots de ne pas les utiliser, même si elles sont neuves. Il est recommandé aux parents de prendre rendez-vous avec le pédiatre ou de se rendre en pharmacie pour prendre un lait de substitution.

Les boîtes de lait de ces marques non concernées par le retrait-rappel (autres numéros de lots) peuvent être consommées, indique la DGS

 

Franceinfo

 

22:47 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bébé |  del.icio.us |  Facebook | | |

samedi, 25 novembre 2017

Paris:c’est mobilisation générale contre les violences faites aux femmes

De l’Elysée à la rue, les associations veulent profiter de cette journée pour amplifier la prise de conscience des agressions dont sont victimes les femmes.

L’éclatement de l’harcèlement de rue, a fait bondir les plaintes pour violences sexuelles (entre +23 et +30% selon les forces de l’ordre compétentes). Alors que la société prend conscience des violences subies quotidiennement par les femmes, les féministes se plaignaient que le président de la République n’ait pas eu une vraie parole pour les femmes. C’est presque réparé.

A 11h30 ce samedi, dans le cadre de la « journée de lutte contre les violences faites aux femmes », Emmanuel Macron s’exprimera enfin. Devant 200 personnes représentant les associations, les institutions et la classe politique, réunies à l’Elysée, le président décrètera « grande cause du quinquennat » l’égalité homme-femme. Il dévoilera un plan de lutte contre les violences sexistes et sexuelles sur cinq ans.

La date n’est pas choisie au hasard : le 25 novembre est, depuis une décision de l’Assemblée générale des Nations, Unies la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, en souvenir de trois femmes qui s’étaient opposées politiquement au dictateur de la République dominicaine, les sœurs Mirabal. Mais c’est de violences domestiques et sexuelles qu’on devrait parler aujourd’hui, en répétant inlassablement ces chiffres : en 2016, en France, une femme a été tuée tous les trois jours par son conjoint ou son ex-conjoint

 

10:59 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : femmes |  del.icio.us |  Facebook | | |

ATTENTAT EN EGYPTE:235 morts au Sinaï

En pleine prière du vendredi, la mosquée soufie d'un village du Nord-Sinaï a été prise pour cible par des hommes armés.

Les assaillants avaient visé la grande prière du vendredi. Ils ont fait irruption dans une mosquée fréquentée par plusieurs centaines de fidèles, où ils ont déclenché une explosion avant d'ouvrir le feu sur la foule qui fuyait : le bilan humain de la tuerie de la mosquée de Bir al-Abd, qui n'a cessé d'évoluer au cours de la journée, fait état d'au moins 235 morts et 109 blessés selon la télévision d'Etat égyptienne.

Voici les dernières informations disponibles sur le pire attentat de l'histoire de l'Egypte.

- L'attaque

Ce vendredi 24 novembre au matin, près de 500 personnes sont réunies comme chaque semaine dans la mosquée al-Rawdah, dans la ville de Bir al-Abd (40 kilomètres à l'ouest d'Al-Arich, capitale de la province du Nord-Sinaï), pour la grande prière hebdomadaire.

Cette mosquée est tenue par des soufis, adeptes d'un courant mystique de l'islam (le soufisme) dénoncé comme hérétique par les djihadistes de Daech. Des conscrits de l'armée égyptienne, qui combat Daech dans la région, font également partie des fidèles. 

Un groupe d'hommes armés arrivent à bord de véhicules tout-terrain et entreprennent de bloquer les routes aux alentours. Ils posent une puissante bombe à l'extérieur de la mosquée : son explosion endommage partiellement le bâtiment.

Les fidèles, paniqués, tentent de fuir en masse mais sont fauchés par les tirs des assaillants, qui incendient leurs véhicules pour entraver les voies d'accès.  

 

lundi, 28 août 2017

Sadio Mané étonne !

vendredi, 25 août 2017

La revue de Presse de Hamidou Sagna de ce Vendredi25/08/2017

Une diversité de sujets au menu des quotidiens
 «Environnement : Un besoin de 89 milliards f cfa pour restaurer nos forêts», titre Le Soleil.
A propos de l’avancée de la mer dans la langue de Barbarie (Nord), L’Observateur voit le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement «Mansour Faye dans la mer des batailles».
«210 familles sinistrées dont 73 relogées à l’école Dodds à Ndar-Toute et 113 à l’école Cheikh Touré», explique le journal.
Revenant sur les averses d’hier sur la capitale, Vox Populi fait état d’une «pluie de…désagréments sur Dakar» et informe que «plusieurs quartiers de la banlieue sont sous les eaux».
En Afrique, à la Une, élection prévisible en Angola
Cette victoire du MPLA en Angola : C’était prévisible ! nous dit le quotidien Le Pays au Burkina Faso (http://lepays.bf/victoire-mpla-angola-cetait-previsible/). C’est sans conteste l’actuel ministre de la Défense, qui succèdera à Dos Santos, puisque l’ex-président Dos Santos l’a voulu ainsi. C’est l’alternance dans la continuité. Et c’est un moindre mal. Car, dans un continent où la tendance est au règne à vie, la démarche de Dos Santos ne manque pas d’élégance estime le journal. Sans doute Blaise Compaoré du Burkina Faso n’aurait-il pas été chassé du pouvoir s’il avait eu la sagesse de placer un de ses hommes liges à la tête de l’Etat. Reste à espérer que l’ancien ministre devenu président, rompra les ponts pour s’affranchir de la tutelle de son mentor, conclu le Pays.
A la Une: A la Une, le poids des habitudes
 La visite d’Emmanuel Macron, en tournée en Europe centrale et orientale, et ses déclarations sur la capacité des Français d’accepter les réformes font couler beaucoup d’encre ce matin.
« C’est maintenant que les difficultés commencent, » dit La Croix. Cet automne sera un test décisif pour la capacité du président « de profondément changer les structures économiques et sociales françaises ». Ces termes sont ceux que le chef de l’État a lui-même employés mercredi à Salzbourg. Ils disent une forte ambition et la volonté de ne pas céder devant le poids des habitudes, la coalition des immobilismes. « Emmanuel Macron et Édouard Philippe disposent toutefois d’un atout pour avancer, estime La Croix : l’extraordinaire émiettement de l’opposition. »
 
L’opposition, L’Humanité veut en être le porte-parole, à gauche en tous cas. « La gauche qui n’a trouvé aucun de ses petits dans la cohue des réformes lancées  »affirme le journal. « L’engagement du changement économique et social d’Emmanuel Macron se dessine selon le programme du patronat », affirme L’Huma.

dimanche, 13 août 2017

Un instant magique des fêtes consulaires à Lyon édition 2017

19:37 Publié dans Art, Loisirs, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lyon |  del.icio.us |  Facebook | | |

mercredi, 19 juillet 2017

La caravane de Youssou Ndour attaquée

Corée du Nord: des exécutions publiques pour des délits mineurs

Un rapport diffusé par une ONG basée en Corée du Sud dénonce des exécutions publiques sommaires, et de masse, commises par le régime de Pyongyang, généralement pour punir des délits mineurs.

Des délits mineurs, punis par la peine mort. Selon un rapport publié ce mercredi, la Corée du Nord organise des exécutions publiques dans des marchés ou des écoles sur des citoyens accusés de petits larcins, de distribution de journaux sud-coréens ou encore de prostitution. 

Le rapport élaboré par une ONG basée à Séoul, la capitale sud-coréenne, précise que ces exécutions publiques sont fréquemment favorisées par de "mauvais" antécédents familiaux, ou prises dans le cadre de campagnes gouvernementales visant à combattre certaines "attitudes".

Charniers de masse

Cette ONG, le Transitional Justice Working Group (TJWG), est dirigée par un militant des droits de l'homme sud-coréen et financé principalement par les Etats-Unis, se fonde sur 375 interviews menées avec des transfuges nord-coréens ayant rejoint le Sud, pendant deux ans.

L'ONG ambitionne de rendre compte des exécutions publiques et des charniers de masse du régime. "Les cartes et les témoignages associés donnent la mesure de l'ampleur des abus, depuis plusieurs dizaines d'années", déclare l'ONG

samedi, 15 juillet 2017

Burkina: Ces cimetières de la Honte !


mercredi, 12 juillet 2017

TOP7 DES PAYS AFRICAINS LES PLUS DEVELOPPES


Lula condamné à neuf ans de prison pour corruption

La justice reproche à l'ancien président d'avoir bénéficié de rétrocommissions d'un groupe de BTP pour l'achat d'un luxueux appartement.

loula.jpg

L’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva a été condamné en première instance mercredi à 9 ans et 3 mois de prison pour corruption et blanchiment d’argent, dans le cadre de l’enquête Lava Jato («lavage express»), une tentaculaire affaire politico-économique. Lula, qui n’a pas été arrêté, a la possibilité de faire appel de cette décision. Si elle est confirmée en deuxième instance, l’ancien président (de 2003 à 2010) sera inéligible et ne pourra pas se présenter à l’élection présidentielle de 2018, comme il en a manifesté le désir.

Le juge Sergio Moro, du tribunal de Curitiba (sud du Brésil) avait lancé les poursuites contre le fondateur du Parti des travailleurs (PT, gauche) en septembre 2016, lui reprochant d’avoir bénéficié des largesses d’OAS, un groupe de BTP, à hauteur de 3,7 millions de réais (1 million d’euros). Les procureurs chargés de l’enquête soutenaient qu’OAS avait reversé à Lula «une partie des sommes illicitement perçues lors de la passation de marchés truqués par Petrobras», le géant pétrolier public brésilien, «à travers l’achat, la personnalisation et la décoration» d’un triplex dans la station balnéaire de Guaruja, dans l’État de Sao Paulo. D’après le parquet l’ex-Président avait connaissance de l’origine frauduleuse de ces fonds.

Lula avait mis une option et payé une avance en vue de l’achat de cet appartement alors en construction, avant de renoncer à son acquisition. Le triplex était au moment de l’enquête toujours au nom d’OAS, et Lula contestait en être le propriétaire. Sa femme Maria Leticia, avait également fait l’objet d’une inculpation.

lundi, 10 juillet 2017

La revue de Presse de Hamidou Sagna de ce Lundi 10/07/2017

Les quotidiens sénégalais aux couleurs de la campagne électorale pour les législatives
Le démarrage, samedi à minuit, de la campagne électorale pour les élections législatives du 30 juillet 2017, fait les choux gras des quotidiens sénégalais parus lundi.
«Démarrage de la campagne électorale-21 jours pour convaincre», titre le quotidien national Le Soleil.
Dans ce journal, le Premier ministre, Mahammad Boun Abdallah Dionne, tête de liste nationale de Benno Bokk Yakaar (Bby) veut «avoir la majorité pour poursuivre les réalisations».
A Thiès, nos confrères informent que trois grandes coalitions défient Idrissa Seck.
Avant les législatives, Le Quotidien note que «la campagne s’emballe» et souligne que le Pm Dionne «vante son cheval pur-sang».
En Afrique, à la Une, « l'Afrique au G20 »
La presse du continent revient abondamment ce matin sur le sommet du G20 qui s’est achevé avant-hier en Allemagne. Et pour cause, « l’Afrique n’aura jamais été autant au cœur d’un sommet du G20, s’exclame le site d’information Wakat SéraReprésenté à Hambourg par trois dirigeants- Jacob Zuma pour l’Afrique du Sud, Alpha Condé, le président en exercice de l’Union africaine et le président du Sénégal, Macky Sall - le continent a vu ses intérêts défendus par un renfort sans précédent. Pour autant, poursuit Wakat Séra, il n’y aura pas de plan Marshall pour l’Afrique. Encore moins des “enveloppes” à envoyer au sud de la Méditerranée.Concrètement, la clef pour sortir l’Afrique de ses problèmes serait de donner plus de possibilités au secteur privé dans les domaines d’infrastructures, de l’éducation ou encore de la santé. »
En France, à la Une, «Mossoul libérée»
« Mossoul libéré, la guerre contre Daech continue », titre Le Figaro avec cette photo de combattants irakiens qui brandissent leurs armes en faisant le V de la victoire.
« Mossoul libérée, mais à quel prix ! Neuf mois de combats dantesques. (…) Mossoul tombée, le symbole est puissant », mais, pointe Le Figaro, « le danger pour nous serait de nous reposer sur cette victoire. (…) L’État islamique ne disparaîtra pas sous les décombres mossouliotes. Le “califat géographique” mord la poussière mais le “califat idéologique” va survivre. La menace islamiste, sous une forme ou sous une autre, se perpétuera. »
 
En effet, pointe Le Journal de la Haute-Marne, « si l’on peut se réjouir de la défaite d’un pseudo-califat, faux-nez d’une véritable organisation criminelle, il est difficile de chanter victoire. Daech tient encore Raqqa. Son éradication prendra encore du temps. La libération de Mossoul n’est pas une fin en soi. Outre l’aspect purement matériel de la reconstruction, s’ouvre le vaste domaine des incertitudes politiques. »
 
Hamidou Sagna

dimanche, 09 juillet 2017

Fêtes consulaires de Lyon: Le Sénégal représenté par le Groupe Nadié au Podium

mercredi, 05 juillet 2017

Lacazette à Arsenal

Une officialisation qui a beaucoup fait réagir. Alexandre Lacazette va découvrir Arsenal et les messages de félicitations ne manquent pas. De Griezmann en passant par Umtiti ou encore Gonalons, tout le monde est content pour lui…

aaaaaaaaa.jpg

Impossible de passer à côté. Après avoir passé des vacances ensemble, voilà le temps des félicitations. Et au vu des images qui ont circulé, Griezmann et Umtiti n’ont sans doute pas eu à se forcer pour tresser des louanges à un Lacazette tout heureux d’avoir pu officialiser son départ de l’OL vers Arsenal, ce mercredi. Alors que le désormais ex-attaquant lyonnais avait un temps pensé à rejoindre "Grizi" à l’Atlético de Madrid, l’interdiction de recrutement qui touche le club espagnol en a décidé autrement.

Sans cette interdiction, Griezmann aurait peut-être signé à Manchester United mais c’est une autre histoire. L’attaquant chouchou des supporters de l’équipe de France est finalement resté en Liga et c’est Lacazette qui va découvrir la Premier League. "Très heureux pour toi Amigo ! Plein de Golazo !", s’est-il exclamé sur Twitter. Il peut d’autant plus facilement le dire qu’ils ne seront pas opposés cette saison puisque les Gunners ne disputeront pas la Ligue des champions.

23:46 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lacazette |  del.icio.us |  Facebook | | |

Contrôler le Diabète c'est facile

lundi, 03 juillet 2017

Ceux qui interpretent mal :"Les gens qui réussissent" et "les gens qui ne sont rien"; la phrase d'Emmanuel Macron qui agace

Présent lors de l'inauguration de l'incubateur Station F, le président de la République a opposé dans son discours "les gens qui réussissent" et "les gens qui ne sont rien".
"La France est un pays d’entrepreneurs", lançait Emmanuel Macron le 15 juin dernier au salon VivaTech à Paris. "I want France to be a start-up nation", renchérissait-il en parallèle sur Twitter. Cela ne fait pas de doute: le nouveau président de la République adore les start-uppers, qui le lui rendent bien. C’était encore le cas jeudi dernier lors de l’inauguration de Station F, l’incubateur géant de Xavier Niel.
Sauf que cette fois-ci, Emmanuel Macron est peut-être allé un peu trop loin dans les compliments. S’adressant aux entrepreneurs présents, il leur a enjoint de se rappeler plus tard de ce lieu, la Halle Freyssinet, un ancien bâtiment ferroviaire, dont ils s'apprêtent à prendre possession comme un endroit d’échanges et de partage.
"Vous aurez appris dans une gare, et une gare c’est un lieu où on croise les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien", a-t-il ainsi lancé à l’assemblée.

"Parce que c’est un lieu où on passe, parce que c’est un lieu qu’on partage, parce que la planète où nous sommes aujourd’hui, parce que cette ville, parce que notre pays, parce que notre continent ce sont des lieux où nous passons, et si nous oublions cela en voulant accumuler dans un coin, on oublie d’où on vient et où on va", a ensuite continué le président de la République.
Mais le mal était fait et l’antithèse entre les personnes "qui réussissent" et celles qui, par opposition, n’ayant rien entrepris ou réussi "ne sont rien", a rapidement fait grincer des dents sur les réseaux sociaux.
Une manne pour les opposants politiques
Ses opposants politiques n’ont d’ailleurs pas tardé à sauter sur l’occasion et critiquer ses propos. Pour Pascal Durand, député européen EELV, cela "illustre parfaitement la pensée macronienne".

08:57 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : macron |  del.icio.us |  Facebook | | |

jeudi, 29 juin 2017

Louis Nicollin, le président de Montpellier, est mort

Dernier président fondateur d'un club de L1 encore en exercice, Louis Nicollin, qui s'est éteint ce jeudi, tenait une place résolument à part dans le paysage footballistique français : celle d'un homme qui faisait rimer passion, coeur et démesure.

mercredi, 28 juin 2017

Sénégal:Décès de l’ancien Premier ministre, Habib Thiam : La Nation rend hommage à un grand serviteur de l’État

La nation a rendu un dernier hommage à l’ancien Premier ministre, Habib Thiam, décédé, hier, à Dakar. Il a été inhumé au cimetière musulman de Yoff, après la levée du corps à l’Hôpital Principal de Dakar, en présence du chef de l’État, des corps constitués et de nombreuses hautes personnalités civiles, militaires et coutumières. C’est un serviteur de l’État que le Sénégal a perdu.

Ancien président de l’Assemblée nationale de 1983 à 1984, deux fois Premier ministre (1981-1983) puis de 1991 à juin 1998, Habib Thiam a reçu les honneurs de la nation toute entière, hier. Le chef de l’État, le président Macky Sall, avait, à ses côtés, le Premier ministre Mahammad Boun Abdallah Dionne, le président du Haut conseil des collectivités territoriales, Ousmane Tanor Dieng, la présidente du Conseil économique, social et environnemental (Cese), Mme Aminata Tall, plusieurs ministres et hauts fonctionnaires, l’ex-Premier ministre Mamadou Lamine Loum, les membres du Conseil de l’Ordre national du Lion.

C’est à 15 heures 37 minutes que le chef de l’État est arrivé sur les lieux pour saluer la famille du défunt, les parents et amis. Aussitôt après son installation, la sonnerie aux morts retentit sous les ordres d’un officier de l’armée sénégalaise qui commandait un détachement militaire. Des hommes en uniforme place le cercueil enveloppé du drapeau national devant la foule venue nombreuse pour rendre hommage à un serviteur de la Nation, un homme d’État qui a servi loyalement son pays.

Premier à prendre la parole, le Premier ministre, Mahammad Boun Abdalah Dionne, un des neveux de Habib Thiam qui fut le collaborateur direct de son oncle feu Doudou Thiam, alors ministre des Affaires étrangères du Sénégal indépendant. « Vous êtes l’une des dernières personnalités à échanger avec le Premier ministre Habib Thiam », a-t-il lancé au chef de l’État. « Il nous donnait des leçons de loyauté mais surtout ceux qui incarnaient la République et la Nation », a encore dit le Premier ministre dans son oraison funèbre.

De grandes qualités sportives
Originaire du Walo, cet enfant de Rebeuss est né à Dakar le 21 janvier 1933 avant de poursuivre ses études au célèbre lycée Van Vollenhoven actuel Lamine Guèye au Plateau. Des études qu’il poursuivra au collège Jules Ferry en France puis à Louis Le Grand. Après une licence en Droit et en Sciences politiques, il entra à l’École nationale de la France d’Outre-mer (Enfom) en 1960. Sortie de cette prestigieuse école où il eut comme condisciple l’ancien président Abdou Diouf, Habib Thiam fit différents stages au ministère de l’Économie et des Finances, en France, à la Banque de France, à l’Office du change et au Commissariat du Plan. Rentré au Sénégal, il dirigea le cabinet du ministre des Affaires étrangères d’alors de 1960 à 1962, puis celui du ministère de la Justice. Nommé, secrétaire d’État à la présidence de la République sous Senghor, il sera chargé du Plan et du Développement, puis du Plan et du Développement rural pendant 5 ans. Il sera aussi nommé gouverneur du Sénégal auprès de la Banque mondiale avant de redevenir ministre du Développement rural de 1968 à 1973. Élu député, il siégea à l’Assemblée nationale où il fit un brillant passage au Groupe parlementaire de l’Ups puis du Ps. C’est le 1er janvier 1981 qu’il succéda à Abdou Diouf à la Primature. Président de l’Assemblée nationale pendant une année (avril 1983 à avril 1984), il atterrit à la Bicis comme président du conseil d’administration de 1984 à 1991. Il revient au gouvernement en 1991 avant de le quitter définitivement en fin mai 1998. Militant socialiste, il eut d’éminentes fonctions au sein du Bureau politique, chargé des relations avec la presse et des relations internationales.

L’ancien Premier ministre est aussi très connu des milieux sportifs. Il dirigea le Comité national olympique sportif (Cnos) après une belle carrière sur les pistes d’athlétisme. Deux fois champion de France aux 200 mètres, il fut sélectionné 12 fois et remporta la médaille de bronze des Jeux universitaires mondiaux de 1957, et la médaille d’or du relais 4 X 100. Il force l’admiration pour reprendre les mots du Premier ministre et il est titulaire de plusieurs décorations dans les Ordres nationaux dont l’une lui a été remise par le président Macky Sall.

El Hadji Abdoulaye THIAM

 

L'attitude de Jean-Luc Mélenchon à l'Assemblée est "une insulte" dénonce Aurore Bergé

Il en fait un mot d'ordre politique. Ses adversaires lui répliquent que c'est une insulte. Pour l'ouverture de la session parlementaire, Jean-Luc Mélenchon et ses collègues de La France insoumise ont créé une tempête sur les réseaux sociaux en défiant les coutumes de l'Assemblée en pénétrant sans cravate dans l'hémicycle.mélenchon

"La question des codes vestimentaires a été portée par notre camp. Par exemple par le Tiers-État lors des États généraux", a justifié sur Europe1 le président du groupe de la gauche radicale à l'Assemblée.

Une décision qui n'est vraiment pas du goût de ses adversaires politiques, qu'ils soient de la majorité ou issus des bancs de la droite. C'est la porte-parole des députés La République en marche qui a eu la réaction sans doute la plus virulente.

"Ne pas porter de cravate était une insulte à la France populaire. Les gens ont envie de solennité, ils n'ont pas envie qu'on se serve d'eux comme prétexte pour venir débraillés au sein de l'Assemblée. Ca a des codes, des règles dont certains doivent peut-être être changés mais quand vous entrez dans un lieu à l'histoire aussi particulière, vous devez incarner ce lieu", estime Aurore Bergé sur France2.