Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 11 mars 2013

Mali - La France demande officiellement à la Belgique d'envoyer trente militaires de plus

Mali - La France demande officiellement à la Belgique d'envoyer trente militaires de plus 

(Belga) Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a formellement demandé lundi à son homologue belge Didier Reynders l'envoi de trente militaires de plus au Mali pour la mission d'entraînement européenne destinée à aider l'armée malienne à se réorganiser et à instruire ses soldats.
Cette mission européenne est encore à la recherche de quatre-vingts à nonante militaires. La Belgique est active depuis quelques semaines au Mali. Elle soutient l'opération militaire française Serval en lui détachant deux avions-transporteurs C 130, deux hélicoptères A109 pour les évacuations médicales et 75 militaires accompagnateurs. La France souhaite l'envoi de troupes complémentaires, plus précisément pour protéger la mission d'entraînement européenne EUTM qui doit débuter en avril. Au cours du Conseil des ministres des Affaires étrangères, il est apparu clairement qu'il manquait encore 80 militaires pour ce volet de protection. Laurent Fabius a demandé à ses homologues belge et espagnol le détachement de trente militaires supplémentaires pour chacun de leurs pays. Les vingt militaires restants proviendraient de l'armée française. Didier Reynders a répondu au ministre français que les pays européens se devaient de répartir équitablement les tâches à effectuer au Mali, mais qu'"il allait soumettre la demande de Laurent Fabius à ses collègue du Comité ministériel restreint dont fait à présent partie le ministre de la Défense, Pieter De Crem, devenu vice-Premier ministre pour le CD&V. Le demande de Laurent Fabius sera doublée de l'envoi d'un courrier dans le même sens, du président de la République française François Hollande au Premier ministre belge Elio Di Rupo. (GEJ)

jeudi, 07 mars 2013

La Ligue arabe prête à donner le siège de la Syrie à l'opposition

(Belga) La Ligue arabe a appelé mercredi l'opposition à se doter d'une "instance exécutive" afin de pouvoir occuper le siège de la Syrie, une démarche dénoncée par Damas qui a accusé l'organisation d'être manipulée par le Qatar et l'Arabie saoudite.

Dans une résolution adoptée à l'issue d'une réunion ministérielle, la Ligue a appelé la Coalition nationale syrienne à "former une instance exécutive pour occuper le siège de la Syrie afin de participer au sommet arabe à Doha les 26 et 27 mars". La Coalition occuperait le siège de la Syrie, suspendue depuis novembre 2011, "jusqu'à l'organisation d'élections aboutissant à la formation d'un gouvernement assumant les responsabilités du pouvoir", selon la Ligue, qui explique son appel par "les sacrifices du peuple syrien et les circonstances exceptionnelles qu'il traverse". L'Irak et l'Algérie ont émis des réserves sur la résolution, tandis que le Liban s'en est dissocié, a indiqué le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi, lors d'une conférence de presse. Dans un communiqué diffusé par l'agence officielle syrienne Sana, le ministère syrien des Affaires étrangères a estimé mercredi soir à Damas que "la Ligue arabe est désormais otage de la position politique biaisée du Qatar et de l'Arabie saoudite", qui soutiennent les rebelles, et manipulée par "les monarchies de l'argent, du pétrole et du gaz". Le conflit a fait plus de 70.000 morts en Syrie depuis mars 2011, selon l'ONU. La Ligue arabe avait décidé en novembre 2011 que la suspension de la Syrie restait en vigueur tant que le régime du président Assad n'appliquerait pas un plan arabe pour mettre fin à la violence. Un an plus tard, la Ligue a reconnu la Coalition nationale syrienne, dirigée par l'opposant Ahmed Moaz al-Khatib, comme le "représentant légitime (de la Syrie) et le principal interlocuteur de la Ligue arabe". Plus tôt mercredi, le ministre libanais des Affaires étrangères Adnane Mansour avait demandé que la Syrie retrouve son siège à la Ligue arabe "après l'échec des pays arabes à résoudre la crise syrienne". (JAV)
 

Kenya - Le camp d'Odinga dénonce des résultats "trafiqués" à la présidentielle

Kenya - Le camp d'Odinga dénonce des résultats  

(Belga) Le colistier du Premier ministre Raila Odinga dans la course à la présidentielle kényane, Kalonzo Musyoka, a dénoncé jeudi des résultats "trafiqués" après le scrutin de lundi, et il a demandé l'arrêt du dépouillement en cours.
"Nous avons des preuves que les résultats que nous avons reçus ont été trafiqués, " a-t-il déclaré devant la presse. "Dans certains cas, le nombre total de bulletins dépasse le nombre d'électeurs enregistrés, " a-t-il précisé. M. Musyoka, qui vise à se maintenir à son poste actuel de vice-président aux côtés de M. Odinga, a également affirmé que des observateurs de sa coalition, Cord, s'étaient "faits expulser de centres de dépouillement." "Nous n'avons pas pu vérifier les résultats (...) cela affecte tous les partis, " a-t-il ajouté. Le vice-président sortant a cependant précisé que ses accusations "ne constituaient pas un appel à la rue". "Nous sommes attachés à l'Etat de droit", a-t-il poursuivi. Mais, "en raison de ces préoccupations", il a tout de même estimé que "le processus de dépouillement manqu(ait) d'intégrité et (devait) être stoppé". Les Kényans attendaient jeudi toujours les résultats définitifs du scrutin présidentiel de lundi. L'élection est la première depuis celle de fin 2007, dont le résultat avait été largement contesté et qui avait débouché sur de sanglants affrontements politico-ethniques: plus de 1.000 personnes avaient trouvé la mort. Selon les résultats partiels annoncés peu à peu par la Commission électorale kényane, le principal adversaire de M. Odinga, le vice-Premier ministre Uhuru Kenyatta, bénéficiait toujours d'une nette avance jeudi matin. (OSA)

jeudi, 21 février 2013

Ligue des familles: directeur Denis Lambert licencié.

Le directeur général de la Ligue des familles, Denis Lambert, a été remercié mardi à l'issue d'une réunion du conseil d'administration. L'évaluation du directeur général a été effectuée et, à la suite de cet exercice, il a été licencié avec effet immédiat. Denis Lambert s'est expliqué sur son licenciement dans le journal télévisé de 13h sur La Une. pict_476324.jpg

 

Invité du 13h, Denis Lambert a défendu son travail et dressé un bilan positif de son action au sein de l'asbl. Si La Ligue des Familles existe encore aujourd'hui c'est grâce à lui, dit-il en substance. Il a d'ailleurs "un sentiment de fièreté" par rapport au travail accompli.

S'il reconnaît implicitement un leadership un peu excessif, il le justifie par la situation dans laquelle l'association se trouvait.

"La difficulté", dit-il, a été "de combiner une période où il fallait réorganiser les choses et une période de croisière".

"Je suis capable d'un travail collectif mais parfois les choses sont compliquées à gérer (...) et on est parfois mis au centre de contradictions", a-t-il ajouté.

"Monsieur Lambert a été remercié à la suite d'une procédure d'évaluation, qui a lieu tous les deux ans. Nous saluons le travail qu'il a effectué ainsi que les décisions courageuses qu'il a prises au cours de son mandat, mais il nous est apparu évident que la Ligue des Familles avait maintenant besoin d'un autre type de management", a précisé le président de la Ligue des Familles, Pierre Scieur.

Le passage de Denis Lambert, également connu pour avoir passé de nombreuses années à la tête des Magasins du monde-Oxfam, laissera des traces. Depuis 2007, il avait imposé un leadership fort afin de redresser les finances de la Ligue des Familles, qui connaissait alors de sérieuses difficultés. "J'ai bossé pendant cinq ans comme un dingue pour redresser les finances. J'ai remis la Ligue en mouvement mais il fallait pour cela des changements dans les habitudes. La question qui se pose est la suivante: comment trouver un second souffle comme directeur général après avoir abattu tout ce travail? Comment travailler en équipe? ", a-t-il expliqué à la Libre Belgique.

Selon Pierre Scieur, la direction générale de la Ligue des Familles sera désormais assumée par trois directrices. "Le conseil d'administration continue de réfléchir à un nouveau mode de gouvernance, mais ce trio semble une bonne alternative à long terme", a-t-il conclu.

RTBF et Belga

lundi, 18 février 2013

Bess Du Niak Belgique ‘’ Sous-estime ‘’ Serigne Mansour Sy Djamil et veut le tenir en Otage ; l’APR Benelux se désole.

mass.jpgSerigne Mansour Sy Djamil est aux antipodes de ses camarades de Belgique qui jugent que le leader de Bess Du Niak est en manque de considération dans la coalition Benno Bokk Yaakaar et reste mal servi dans ce consortium.

En outre et en marge de BBY ; et  par l’intermédiaire d’un des membres, Bess Du Niak Belgique attaque injustement et d’une manière frontale le Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky Sall prétextant la non application des conclusions des assises nationales.

Ainsi Bess Du Niakk Belgique, demande tout bonnement à Serigne Mansour Sy Djamil de quitter la barque Benno Bokk Yaakaar en vertu du précité.

En réalité, entre Serigne Mansour Sy Djamil et ses camarades de Belgique, c’est deux mondes distincts, deux regards distincts, deux philosophies distinctes, un écart résolument absolu.

Serigne Mansour Sy est un expérimenté aux services de la Nation, celui qui se construit sans essayer de détruire l’autre tandis que ses camarades de Belgique sont des politicards aux services de leurs intérêts propres  dont la plupart a transhumé de parti politique à parti politique en un tour d’horloge.

A Bruxelles, Serigne Mansour Sy  a attesté son encrage au sein de BBY et a manifesté son soutien à la politique de Yonu Yokute qui n’est guère la photocopie des conclusions des assises nationales.

S’autoproclamant troisième parti politique du Sénégal se référant sur des élections législatives impopulaires vu le taux élevé de non participation des sénégalais, nous demanderons à Bess Du Niak Belgique qui est le premier parti dans la mesure où BBY n’est guère un parti en ce que nous sachons.

Nous aimons trop Serigne Mansour Sy Djamil de telle sorte que nous ne suivons pas des politicards qui à force de précipitation et d’infidélité nous poussent à le mettre au poteau pour le fusiller.

A ces politicards ! Vous êtes le troisième parti, vous êtes devenus ‘’costaud’’ vous pouvez cavaler seuls. Bon vent !

Un refrain du célèbre Champs des partisans  nous enseigne et nous dit :’’ Ami !  Si tu tombes, un autre ami sort de l’ombre à ta place !’’.

Sa Ndéné DIOUF.

Cellule Analyse et Réplique

APR Benelux.

 

mercredi, 06 février 2013

Johnny Hallyday, exilé fiscal, accuse la gauche française d'encourager la "médiocrité"

Johnny Hallyday, exilé fiscal, accuse la gauche française d'encourager la

 

(Belga) "Je n'aime pas la médiocrité, je pense que la gauche pousse vers ça", estime Johnny Hallyday dans son autobiographie "Dans mes Yeux", dont l'hebdomadaire français L'Express publie mardi des extraits.
Dans ce livre à paraître jeudi, le chanteur évoque le moment où il a choisi de partir vivre en Suisse, en 2006. "On a souvent dit que je m'étais barré pour ne pas payer d'impôts. C'est en partie vrai, mais c'est aussi parce que c'est épuisant cette ambiance", écrit-il dans ce livre écrit en collaboration avec l'écrivaine Amanda Sthers. "Je me suis toujours demandé pourquoi aux Etats-Unis quand t'as une belle voiture, les mecs sourient et te disent formidable, et en France on te traite de voleur. Sale mentalité, pour un pays dont j'ai porté les couleurs, qui a bien voulu faire de moi son emblème quand c'était nécessaire, je me suis senti trahi, accusé à tort, sali", poursuit-il. "Je n'aime pas la médiocrité, je pense que la gauche pousse vers ça. Je ne suis pas pour que les gens pauvres le soient. C'est malheureux, il faut les aider. Mais pas en leur faisant l'aumône (...) Je n'aime pas les sociétés d'assistés (...) Je n'aime pas qu'on me fasse passer pour un type sans coeur sous prétexte que j'ai une sensibilité de droite", dit-il. Le chanteur possède depuis 2006 un chalet à Gstaad. Le journal Le Matin assurait en septembre dernier qu'il avait gagné 6,3 millions de francs suisses (5 millions d'euros) en 2011, mais n'avait payé qu'environ 700.000 francs suisses d'impôts. (MUA)
 
  •  

vendredi, 01 février 2013

RÉACTION DJIBRIL WAR SUR LA SORTIE DU REWMI «Macky Sall doit interpeller Idrissa Seck»

 

La déclaration du secrétariat national de Rewmi, invitant le gouvernement à renforcer les mécanismes de contrôle, de suivi et de gestion pour préserver les derniers publics, mais également pour «empêcher les nouvelles autorités de verser dans les pratiques de mauvaise gestion», n’est pas du goût de certains proches de Macky Sall.

C’est par exemple, le cas de Me Djibril War qui rappelle à cette instance du Rewmi que «quand on est dans une coalition, on ne peut pas emboucher la même trompette que ceux de l’opposition». Pour ce député et responsable de l’Alliance pour la République (Apr), «le pacte d’alliance est créateur de devoirs et d’obligations. Et la loyauté et la solidarité sont le fondement de toute alliance». Me War ne comprend alors pas les critiques de ce parti «allié» qui occupe, rappelle-t-il, «deux postes ministériels».

 

Le député invite le président de la République Macky Sall à interpeller «personnellement le président de Rewmi, Idrissa Seck et lui dire qu’il ne permettra pas de jugement de valeur sur l’action gouvernementale». M. War informe d’ailleurs que son parti, l’Apr apportera une réponse politique à cette déclaration. Car, dit-il «On n’est pas dans une armée mexicaine, Macky Sall est sorti au premier tour de l’élection présidentielle avec 27 % contre 18 % pour Moustapha Niasse, 11 % pour Ousmane Tanor Dieng et 5 % pour Idrissa Seck. Donc, ajoute-t-il, «Macky Sall n’était en rien obligé de s’ouvrir à ces malheureux recalés de l’élection présidentielle de 2012».

Yakhya MASSALY

 

mardi, 29 janvier 2013

Yahoo! a fait mieux que prévu en 2012 et renoue avec des ventes en hausse

Yahoo! a fait mieux que prévu en 2012 et renoue avec des ventes en hausse 

(Belga) Le groupe internet américain Yahoo! a presque quadruplé son bénéfice net l'an dernier grâce à des cessions d'actifs et semble renouer avec la croissance de ses revenus, selon des résultats meilleurs que prévu publiés lundi, qui étaient salués en Bourse.
Le bénéfice net annuel a atteint 3,9 milliards de dollars, contre 1 milliard en 2011. Il a toutefois été dopé par 2,8 milliards de dollars de recettes exceptionnelles tirées de la cession d'une partie de sa participation dans le portail de commerce en ligne chinois Alibaba. Sur le seul quatrième trimestre, le bénéfice net a reculé de 8% à 272 millions de dollars. Le bénéfice par action ajusté, qui sert de référence pour Wall Street, a toutefois dépassé de 4 cents les prévisions moyennes des analystes en ressortant à 32 cents sur le trimestre et 1,17 dollar sur l'année. Dans les échanges électroniques suivant la clôture de la Bourse de New York, l'action Yahoo! bondissait de 4,87% à 21,30 dollars vers 22H45. Le groupe semble aussi voir le bout de la panne de croissance à laquelle il fait face depuis plusieurs années. Son chiffre d'affaires annuel enregistre une très légère progression (+0,05%) à 4,99 milliards de dollars, mais en déduisant les revenus reversés à ses partenaires il augmente de 2% à 4,47 milliards et dépasse même un peu les attentes du marché qui espérait 4,46 milliards. Yahoo! n'avait plus vu son chiffre d'affaires annuel augmenter depuis 2008. (JUSTIN SULLIVAN)
 

 

09:47 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : yahoo |  del.icio.us |  Facebook | | |

lundi, 28 janvier 2013

Begique - Prince Laurent: "Ma sœur Astrid a les moyens, pas moi"

Prince Laurent:

 

(Belga) Le prince Laurent a réagi dimanche soir, aux quotidiens de Sudpresse, à la déclaration de sa sœur, la princesse Astrid, qui acceptera "toute décision du gouvernement et du Parlement concernant sa dotation". "Si ma sœur peut se le permettre, je suis ravi pour elle", a-t-il répondu.
"Vous savez moi, je ne suis pas de ces personnes qui jalousent ceux qui ont les moyens", a-t-il ajouté, avant de confier que tout ce que l'on raconte sur lui est "faux". Le prince, estimant que sa réponse était "très claire" sur son point de vue, a également confirmé que contrairement à sa situation personnelle, sa sœur dispose de son côté d'autres ressources financières provenant de son mari. Pour Sudpresse, cette réaction est une manière sous-entendue pour le prince de démontrer que, à l'inverse de la princesse Astrid, il ne pourrait jamais se passer de sa dotation sous peine de devoir chambouler son train de vie. (JAV)
 

Vande Lanotte se promet de ne plus parler de la N-VA d'ici 2014

Vande Lanotte se promet de ne plus parler de la N-VA d'ici 2014 

(Belga) Le vice-Premier ministre sp.a Johan Vande Lanotte s'est promis de ne plus parler de la N-VA jusqu'aux élections de 2014. Dans un entretien au journal Le Soir, il assure qu'il n'évoquera que ses réalisations au gouvernement à l'appui de sa campagne électorale.
"J'ai promis, juré, qu'à partir du 1er janvier 2013, je ne parle plus que du gouvernement, de mon parti, de moi-même", affirme-t-il. "On gagne les élections quand on parle de vous. Si vous parlez de quelqu'un d'autre, vous perdez". Il insiste aussi sur le programme. "On est jamais élu, au fédéral, sur ce qu'on a fait, mais sur ce qu'on va faire. Regardez Churchill: il avait gagné la guerre, il avait la crédibilité, mais il n'avait pas de plan pour l'avenir, la prospérité. Il a perdu". Sur ce point, M. Vande Lanotte se profile comme un réformiste modéré. Il exclut de nouvelles mesures de relance ambitieuses. "La machine économique n'est pas cassée mais le moteur a des pannes. Si on rajoute sans cesse de l'essence, on va le noyer. On a la troisième économie la plus ouverte au monde, on ne peut donc pas, seuls, relancer l'économie. Mais on peut prendre des mesures ponctuelles, pas trop chères". Sur le plan budgétaire, d'ailleurs, M. Vande Lanotte plaide pour le respect des engagements européens, tout en soulignant que son homologue PS Laurette Onkeinx "a raison économiquement" de remettre en question le rythme de l'assainissement. Pour économiser dans le budget de l'État, M. Vande Lanotte propose de renforcer l'informatisation aux finances et dans le domaine de la santé. Il appelle aussi à supprimer la fonction de juge d'instruction. "Nous sommes contraints de suivre cette évolution européenne", selon lui. (JAV)
 

 

  •  

Hillary Clinton laisse la porte ouverte à sa candidature en 2016

Hillary Clinton laisse la porte ouverte à sa candidature en 2016 

(Belga) La secrétaire d'Etat américaine sortante Hillary Clinton laisse la porte ouverte à une éventuelle candidature à la présidentielle de 2016, dans un entretien commun exceptionnel avec le président Barack Obama diffusé dimanche soir par la chaîne CBS.
"Je suis encore secrétaire d'Etat, je suis donc en dehors de la politique et je n'ai même pas le droit d'entendre ces questions" sur la prochaine présidentielle américaine, a déclaré Mme Clinton dans l'émission "60 minutes", à quelques jours de lâcher les rênes du département d'Etat au profit de John Kerry. Mais "le président et moi, nous nous préoccupons énormément de l'avenir de notre pays et je ne pense pas que, ni lui ni moi, nous puissions faire des prédictions sur ce qui va se passer demain ou l'année prochaine", a poursuivi Mme Clinton, aux côtés de M. Obama. Dans cette interview à deux voix enregistrée à la Maison Blanche, le président américain couvre aussi de louanges celle qu'il avait durement affrontée lors des primaires démocrates de 2008. "Je voulais juste avoir la chance de dire merci publiquement parce que je crois que Hillary restera parmi les meilleurs secrétaires d'Etat que nous ayons eus", a déclaré le président des Etats-Unis. "Nous avons eu une belle collaboration ces quatre dernières années, elle va me manquer.é Mme Clinton, 65 ans, n'a pas donné d'indications claires sur ses futures intentions et le tout-Washington est convaincu de sa candidature à la présidentielle de novembre 2016. (SAUL LOEB)
 

samedi, 26 janvier 2013

Egypte : émeute meurtrière après la condamnation à mort de 21 personnes

vendredi, 25 janvier 2013

Mittal un néo-esclavagiste en "Plein" Europe

                Les travailleurs décideront de la marche à suivre au cours d'une assemblée générale prévue lundi matin.

Entre 400 et 500 travailleurs du groupe ArcelorMittal sont venus manifester leur colère, vendredi à Bruxelles, au lendemain d'un nouveau coup de tonnerre sur le bassin sidérurgique liégeois, avec l'annonce de la fermeture de plusieurs outils de la phase à froid. Une décision qui menace 1.300 emplois directs. Les manifestants ont rallié Bruxelles à bord de sept cars et sont arrivés vers 11h30 rue Lambermont, à proximité de la résidence du Premier ministre, où devait se tenir une réunion entre les gouvernements fédéral et régional suivie, en début d'après-midi, d'une entrevue entre les gouvernements et des responsables syndicaux.

Les manifestants ont immédiatement tenté de forcer, sans succès, un barrage de police. Des pavés ont été arrachés et lancés en direction des forces de l'ordre, qui ont fait usage à plusieurs reprises de canons à eau ainsi que de sprays au poivre.

Six policiers ont été légèrement blessés lors de la manifestation, a indiqué la police de Bruxelles-Capitale-Ixelles. Deux véhicules garés dans l'enceinte du SPF Défense ont également été endommagés à la suite de jets de pierre. Les manifestants ont par ailleurs monté un barrage filtrant près d'un tunnel de la petite ceinture, à hauteur du tunnel Loi. Le rassemblement a causé de nombreux embarras de circulation dans le centre de Bruxelles.

Un groupe de manifestants a également forcé les grilles du parc du Palais des Académies mais aucun incident n'est survenu. "Je travaille dans la sidérurgie liégeoise depuis 37 ans. Il faut quand même se mobiliser si on veut sauver quelque chose", a déclaré, les larmes aux yeux, Patrick, l'un des travailleurs liégeois ayant bravé le froid glacial pour manifester. "Notre sidérurgie est devenue une sidérurgie un peu vieillotte, qu'on a laissé aller à rien. Je ne comprends pas: on a été un jour le fleuron et aujourd'hui, on n'est plus rien. S'il y en a un qui doit se retourner dans sa tombe, c'est John Cockerill".

"Si on continue comme cela, dans quelques mois, il n'y aura plus rien", a de son côté déploré Pascal. "A l'époque, Mittal, on l'avait accueilli comme un sauveur. Aujourd'hui, c'est un dépeceur social". Les travailleurs ont finalement quitté la capitale aux alentours de 15h15, à l'issue de la réunion entre les gouvernements et les syndicats d'ArcelorMittal.

Les syndicats satisfaits du soutien politique et tournés vers un repreneur potentiel

Les syndicats se sont dits satisfaits du soutien affiché par les responsables politiques, dans leur combat pour le maintien de la sidérurgie liégeoise dans son intégralité. La priorité est maintenant à la recherche d'un repreneur potentiel le plus rapidement possible, ont-ils laissé entendre vendredi à l'issue d'une réunion avec les gouvernements fédéral et wallon.

"La réunion s'est déroulée dans un climat relativement serein. Les politiques nous soutiennent dans notre combat qui est de ne pas accepter la décision de Mittal", a déclaré devant des travailleurs venus manifester à Bruxelles, Jean-Luc Rader, secrétaire régional FGTB Métal, en référence à la décision du groupe ArcelorMittal de mettre à l'arrêt sept lignes de la phase à froid liégeoise.

Si la priorité va maintenant à la recherche d'un repreneur potentiel, "il faudra trouver des solutions pour contraindre Mittal à céder les outils", a-t-il encore souligné. "Les gouvernements fédéral et wallon se sont engagés à explorer toutes les pistes", a pour sa part indiqué David Camerini, président de la délégation CSC. La piste d'une nationalisation n'est cependant pas sur la table actuellement.

Les syndicats ont également réaffirmé leur volonté de sauvegarder l'ensemble des activités sidérurgiques du bassin liégeois, phase liquide et phase à froid comprises. Ils ont aussi redit ne plus vouloir d'ArcelorMittal comme interlocuteur. "Les gouvernements considèrent que Mittal n'est plus un interlocuteur valable. C'est un premier pas", a encore salué Jean-Luc Rader. "C'est une multinationale qui est en train de détruire toute une région. On ne peut plus rester avec une épée de Damoclès au-dessus de notre tête", a renchéri David Camerini.

Les travailleurs décideront de la marche à suivre au cours d'une assemblée générale prévue lundi matin.

Le PS propose une "procédure Arcelor"

Le PS veut rendre obligatoire la cession de l'outil en cas de fermeture d'une entreprise viable. Dans cette perspective, les sénateurs Willy Demeyer, Hassan Bousetta et Philippe Mahoux proposent de créer une procédure "Arcelor", annonce vendredi le groupe PS du Sénat. Il s'agirait d'une procédure obligatoire d'examen des offres de reprise lors de la fermeture d'une entreprise présentant un "intérêt économique majeur".

Concrètement, un tribunal de commerce rendrait obligatoire, à certaines conditions, la cession d'un site ou d'une activité à un repreneur potentiel. Au terme d'une procédure en six temps si l'entreprise refuse d'accepter une offre pertimente, le tribunal de commerce pourrait, sur proposition de l'autorité publique compétente, prononcer la cession du site ou de l'activité, précise le communiqué.

mardi, 22 janvier 2013

Maingain avertit du risque de prendre la N-VA pour son seul projet socio-économique

Maingain avertit du risque de prendre la N-VA pour son seul projet socio-économique 

(Belga) Aussitôt réélu, le président des FDF Olivier Maingain a adressé dimanche une "mise en garde" à ceux qui seraient tentés de s'embarquer avec la N-VA pour son programme socio-économique sans la prendre pour son projet institutionnel.
"Le projet socio-économique de la N-VA est ultra-libéral. Il rompt avec toute la solidarité et le pacte social qui fonde la solidarité en Europe", a -t-il dit devant les militants FDF réunis en congrès électoral à Auderghem. Selon le président des FDF, l'Europe sera "la réelle perspective de notre avenir collectif". En son sein, la ligne de partage idéologique sera entre ceux qui s'inscrivent dans le camp des fédéralistes européens, demandeurs d'une Europe plus aboutie, et tous ceux qui veulent la mettre à mal "car il ne défendent que l'égoïsme". Olivier Maingain a estimé que sa formation était la seule, du côté francophone, à se revendiquer du libéralisme social dont "plus personne ne parle au MR depuis la scission". Celui-ci repose sur la créativité individuelle et la liberté d'entreprendre sans spéculation au détriment de la prospérité collective, a-t-il ajouté. Le projet des FDF pour entretenir l'espoir d'un retour à la prospérité s'appuiera sur la mise en place du "triangle parfait" formé par l'enseignement -que le président des FDF voudrait rendre obligatoire dès l'âge de 3 ans- et la formation, la qualité de la recherche et le soutien à la création des (très) petites entreprises. "La prospérité de la fédération Wallonie Bruxelles passe par le grand débat sur la formation et l'enseignement. Quand reparlera-t-on des méthodes pédagogiques pour un enseignement de qualité?" a demandé Olivier Maingain. Sur le plan socio-économique, il a plaidé pour une relation étroite entre Bruxelles et d'autres métropoles wallonnes et pour une simplification des institutions. (LAURIE DIEFFEMBACQ)
 

 

lundi, 21 janvier 2013

Cyclisme - Le Soir répond à Eddy Merckx et lui adresse un carton jaune

 

Cyclisme - Le Soir répond à Eddy Merckx et lui adresse un carton jaune
(Belga) Le Soir maintient sur son site internet www.lesoir.be les propos tenus par Eddy Merckx à son journaliste Stéphane Thirion, que l'ex-champion avait pratiquement traité de menteur. Il lui reprochait en tout cas d'avoir défiguré les propos tenus vendredi lors d'une conversation téléphonique relative aux aveux de dopage de Lance Armstrong à la télévision.
Le quintuple vainqueur du Tour de France avait clamé son indignation dans un communiqué transmis à l'agence belga par son épouse Claudine samedi. Le Soir maintient avec fermeté tous les propos tenus. Entre autres ceux-ci: "Oui, je me suis trompé, comme tous, sur son attitude. La soif de vaincre à tout prix l'a-t-elle poussé à cela ? Je ne sais pas. Je suis extrêmement déçu, je n'avais rien vu venir. Je ne sais pas comment il a pu en arriver là, mentir à tout le monde." Faut-il en conclure que le quintuple vainqueur du Tour de France apprécie le comportement de Lance Armstrong, s'interroge le quotidien bruxellois, qu'il le juge parfaitement franc et loyal ? On ne comprend plus très bien. À y regarder de plus près, la mise au point d'Eddy Merckx est proprement effarante. En résumé, conclut Le Soir, Merckx nous dit qu'il veut rester un bon ami de Lance, qu'il ne le trouve pas hypocrite et ses comportements pas du tout scandaleux ! Carte jaune. (MICHEL KRAKOWSKI)
 

09:44 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : eddy, merckx |  del.icio.us |  Facebook | | |

mercredi, 12 décembre 2012

le comité ministériel restreint dégage 20 millions d'euros pour le secteur aérien

 

le comité ministériel restreint dégage 20 millions d'euros pour le secteur aérien
(Belga) Le comité ministériel restreint a décidé mercredi de dégager 20 millions d'euros pour soutenir le secteur aérien face à la concurrence déloyale. L'argent servira à la formation et une exonération partielle des charges sociales. Ce coup de pouce est conforme aux règles européenne sur la libre concurrence, a assuré la porte-parole du secrétaire d'Etat en charge de la Mobilité, Melchior Wathelet.
La première mesure permettra de rémunérer les pilotes qui, à l'heure actuelle forment gratuitement leurs collègues. Par ailleurs, le comité ministériel a approuvé une exonération partielle des charges sociales pour les prestations réalisées à l'étranger. Sont notamment visés les vols intercontinentaux au cours desquels le personnel est rémunéré lors d'un séjour à l'étranger. Ce régime sera remplacé par une allocation de disponibilité, sur laquelle aucune charge sociale n'est appliquée. Conformes à la réglementation européenne, ces mesures doivent permettre de faire le pont jusqu'à l'entrée en vigueur de mesures de la Commission européenne sur la concurrence déloyale dans le secteur aérien. Elles bénéficieront principalement à la compagnie Brussels Airlines qui doit faire face depuis des années à la concurrence de Ryanair, une compagnie à bas coût établie en Irlande où le régime fiscal et social est nettement plus avantageux pour les entreprises. (VIM)

jeudi, 04 octobre 2012

Le Président de la République du Sénégal Macky Sall à Bruxelles pour l'Eudevdays

Macky Sall sera chez nous à Bruxelles à partir du 15 Octobre à 16h. Le Présdent de la République est invité par l'Union Européenne dans le cadre des journées européennes du développement 2012. Tous les sénégalais sont  invités à l'accueil à Zaventem. Il quittera le Royaume le 17 Octobre 2012 mais rencontrera la Communauté sénégalaise du Benelux dès les premières heures de son arrivée.

 

A l’ouverture de la cérémonie de l’Eurodevday, outre le Président Macky Sall, il y aura naturellement Mr José Manuel Barroso, Président de la Commission Européenne,Dr Thomas Boni Yayi, President  de la République du Benin et actuellement celle de l’ Union Africaine,Demetris Christofias, Président de la République de Chypre et Mr Armando Emílio Guebuza, Président de la République du Mozambique.

 

Après cette cérémonie, le Président de la République effectuera une série de rencontres de travail jusqu’à l’heure de son départ de Bruxelles.

 

Alioune DIOP

Coordinateur Général APR Benelux

mardi, 02 octobre 2012

Babacar Ndiaye Homosexuel: « Je Suis Né Musulman, Mais Je Ne Pratique Pas »

175a494b18163ba6f295572ce2caee13.jpgBabacar Ndiaye fera toujours parler de lui. Interrogé par un site français sur la légalisation réclamée par certains pays européens de l’homosexualité dans plusieurs pays africains, le célèbre gay prévient que ce combat est loin d’être gagné, à cause du rejet de l’homosexualité par les sociétés Africaines .


« Ce n’est pas demain la veille », affirme t-il non sans reconnaître qu’au Sénégal, l’homosexualité est présente dans d’innommables milieux jusqu’ici insoupçonnés.


« J’en connais beaucoup qui sont homos et qui le cachent », avoue le mannequin qui sans ambages affirme ne pas pratiquer la réligion musulmane.


« Je suis né musulman, mais je ne pratique pas. »

samedi, 29 septembre 2012

Le Président Macky Sall : " Les audits seront menés à terme"

Le nouveau gouvernement sénégalais travaille à recouvrer les fonds dilapidés et à inscrire son action dans une dynamique de transparence et d’intégrité pour éviter les errements du régime précédent, a assuré le président Macky Sall.

macky.jpg

‘’Les audits ont été lancés et ils se poursuivent. Et, ils seront menés à terme car, beaucoup de milliards ont été perdus’’, a-t-il déclaré à des émigrés sénégalais qu’il a rencontrés, jeudi soir, à New-York, où il séjourne pour la 67ème session de l’Assemblée générale des Nations unies.

 

Le président Sall, en fonction depuis avril dernier, a indiqué que ‘’dans le cadre de la traque des biens mal acquis, l’Etat du Sénégal a bénéficié du concours des Etats-Unis, de la France et de l’Angleterre qui ont répondu favorablement à la requête du Sénégal’’.

 

Macky Sall (51 ans) compte sur l’implication des Sénégalais de l’extérieur caractérisés par un dynamisme sans précédent. Il leur a dit son espoir de voir s’améliorer la contribution de la diaspora dans la reconstruction du pays, à laquelle il invite tous ses compatriotes.

 

Tous les ans, les émigrés sénégalais vont rentrer près de 900 milliards de francs FCFA dans leur pays d’origine. En effet, ce montant dépasse, de loin, l’aide au développement qui tourne autour de 500 milliards par an pour le Sénégal, selon plusieurs statistiques officielles.

 

‘’Nous sommes prêts à vous accompagner pour la mise en place d’une banque des émigrés. Car, le marché du transfert d’argent au Sénégal est alimenté par les Sénégalais de l’extérieur. Pour ceux qui veulent rentrer définitivement, nous sommes prêts à les accompagner’’, a confié le chef de l’Etat.

 Pour ceux qui veulent investir dans des secteurs porteurs de croissance, Macky Sall a instruit le ministre chargé de Entrepreneuriat féminin, Mariama Sarr, pour l’octroi de crédits aux femmes afin de les aider à s’insérer dans des circuits économiques productifs.

 Mieux, le président de la République, élu le 25 mars dernier, a décidé d’augmenter le budget du Fonds d’appui à l’insertion des Sénégalais de l’extérieur (FAISE), qui va passer à plus de 500 millions de francs CFA.

 En outre, M. Sall a demandé au ministre des Affaires étrangères, Alioune Badara Cissé, de réserver dans les programmes immobiliers de l’Etat, un quota pour les Sénégalais de l’extérieur afin de leur faciliter l’accès à la propriété foncière.

 Le chef de l’Etat a manifesté sa volonté, très ferme, de ‘’protéger les Sénégalais contre les spoliateurs (...)’’. ‘’L’Etat va agréer des notaires pour aider les Sénégalais de l’extérieur dans l’acquisition du foncier et la réalisation de leurs logements.’’

 Macky Sall séjourne à New-York a rencontré ses compatriotes à New-York, en compagnie de son épouse Marième Faye. Il y avait aussi les ministres Alioune Badara Cissé (Affaires étrangères) et Aminata Touré (Justice), son allié Ousmane Tanor Dieng et son conseiller Harouna Dia, ainsi que le Directeur général de l’APIX, Diène Farba Sarr.