Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 26 septembre 2012

Le discours du président de la république Macky Sall devant la tribune des Nations unies à New-York

mercredi, 12 septembre 2012

Sénégal Inondations: S.O.S aux sinistrés

SOS-INONDATIONS-final.jpg

samedi, 25 août 2012

Crise dans l’Est de la République démocratique du Congo

L’Union européenne et ses Etats membres doivent suspendre leur appui budgétaire au Rwanda

Eurac salue la décision de plusieurs Etats membres de l’Union européenne de geler temporairement leur aide budgétaire au Rwanda. Cette décision intervient à la suite de la publication par le Conseil de sécurité de l’ONU du rapport d’étape du groupe d’experts sur la RDC (S/2012/348, 21 juin 2012) et d’un additif au rapport concernant le soutien du Rwanda à des groupes armés en RDC. Le gel de l’aide budgétaire est temporaire, dans l’attente de la réponse du gouvernement rwandais aux accusations contenues dans l’additif. La réponse[1] du Rwanda a été publiée le 27 juillet.

Le groupe d’experts a présenté, dans son rapport, un nombre important de preuves convergentes. Il affirme avoir interviewé plus de 80 déserteurs issus de la mutinerie contre les FARDC et des groupes armés congolais, y compris du M23, parmi lesquels 31 étaient des ressortissants rwandais. Le groupe s’est également entretenu avec des dizaines de hauts commandants militaires congolais et des agents du renseignement ainsi qu’avec des dirigeants politiques et des responsables locaux ayant une connaissance approfondie de l’évolution de la situation entre la RDC et le Rwanda. Le groupe ajoute qu’il a communiqué régulièrement avec plusieurs agents actifs de la mutinerie au sein de l’ex-congrès national pour la défense du peuple (CNDP), de la rébellion M23 et d’autres groupes armés. Par ailleurs, le groupe présente des photos de caches d’armes, des documents officiels et des messages radio interceptés. Enfin, lorsque des personnes étaient nommées, le groupe d’experts a procédé à des vérifications auprès de 5 sources concordantes, considérées comme crédibles et indépendantes, au lieu des 3 sources exigées. Le groupe d’experts affirme avoir déployé des efforts considérables pour initier un dialogue avec le gouvernement rwandais sur ses conclusions, avec un succès mitigé.

Le gouvernement du Rwanda a en effet réagi en affirmant que certaines données étaient biaisées, d’autres invérifiables et que le rapport ne tenait pas compte du point de vue rwandais. Dans sa réponse officielle, il démonte les accusations formulées par le groupe d’experts en se fondant sur des témoignages d’une poignée d’officiers haut-gradés des Forces de défense rwandaises ainsi que sur des comptes-rendus de réunions entre forces armées congolaises et rwandaises.

EurAc a suivi de près ces discussions et a étudié avec soin tant l’additif du groupe d’experts que la réponse présentée par le gouvernement du Rwanda. EurAc en conclue qu’il est fort peu probable que le contenu de l’additif soit erroné et/ou falsifié comme l’affirme le Rwanda. Cela nécessiterait de faux témoignages d’un nombre important de personnes venant d’horizons tout à fait différents, ce qui est très peu probable. L’argument selon lequel le Rwanda n’a pas été entendu n’est pas convaincant dans la mesure où le gouvernement n’a pas répondu à l’invitation qui lui avait été faite de donner son point de vue. A la lecture de la contre-argumentation avancée par le gouvernement rwandais, EurAc ne voit pas de raisons de douter de l’analyse présentée par l’additif. EurAc sera particulièrement attentif au contenu du rapport final du groupe d’experts, dont la publication est prévue pour octobre 2012.

Ces dernières années, le rôle actif joué par le Rwanda dans les conflits armés en RDC a été largement documenté, notamment par l’ONU. Dans le rapport de mapping de l’ONU publié en 2010, le Rwanda était accusé d’être impliqué dans les violences et atrocités commises en RDC entre mars 1993 et juin 2003. Aujourd’hui nous avons, comme en 2008, les preuves du soutien du Rwanda à des groupes rebelles opérant à l’Est de la RDC. Et pourtant, en dépit de ces accusations, un certain nombre de pays avait, à l’époque, continué à considérer le Rwanda comme un partenaire privilégié. Le Rwanda a, quant à lui, toujours nié son implication et se montre très critique dans ses déclarations aux médias vis-à-vis de la communauté internationale. EurAc estime que, dans ce contexte, les conditions d’un dialogue constructif –pré-requis à l’octroi de l’aide budgétaire – ne sont pas réunies.

L’appui budgétaire constitue une contribution aux finances publiques du pays concerné, fait l’objet d’une discussion annuelle sur les orientations générales et n’est pas allouée à des programmes spécifiques. EurAc salue la décision prise par l’Allemagne, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, la Suède et la Banque Africaine de Développement de tenir compte des accusations formulées à l’égard du gouvernement rwandais et de geler temporairement leur aide budgétaire au Rwanda. Ces mesures ont été prises dans l’attente de la réponse du gouvernement rwandais et tout en suivant les évolutions sur le terrain.

Recommandations d’EurAc :

EurAc appelle l’Union Européenne et tous ses Etats membres à suspendre définitivement toute aide budgétaire au Rwanda et à limiter leurs interventions à des appuis programmes. Cependant, EurAc encourage le maintien d’un appui aux initiatives de la société civile afin d’atténuer l’impact de ces sanctions sur la population rwandaise.

Ces mesures constitueraient une première étape en vue d’une révision de la politique de coopération avec le Rwanda. L’Union Européenne et ses Etats membres devraient également prendre en compte la situation préoccupante en matière de démocratisation, de bonne gouvernance et de respect des droits humains. Nous faisons ici référence au mémorandum adressé par Eurac à la présidence de l’Union Européenne intitulé « Contribuer à l’élargissement de l’espace démocratique au Rwanda à travers une approche collective et cohérente » et publié le 6 mars 2011.

Pour plus d’informations: Donatella Rostagno, Secrétaire Exécutive EurAc

Tél : +32 496 074905, e-mail : donatella.rostagno@eurac-network.org

vendredi, 17 août 2012

Maingain rappelle que le débat sur la présidence du FDF se tiendra après les communales

manguin.pngBelga) Le président des FDF, Olivier Maingain, est d'avis que sa principale priorité pour le moment doit être d'apporter tout le soutien des instances dirigeantes du parti aux candidates et candidats FDF aux élections communales et provinciales en Wallonie, à Bruxelles et en périphérie. Le débat sur la présidence du parti devra se tenir après les élections d'octobre et ce n'est qu'alors qu'il dira s'il est candidat à sa succession. Il réagit ainsi au député Bernard Clerfayt qui a déclaré à l'hebdomadaire "Le Vif-L'Express" qu'il fallait du renouveau à la tête du FDF. M. Maingain rappelle dans un communiqué qu'il se conforme ainsi à une décision du bureau du FDF qui a décidé que le débat sur la présidence devait avoir lieu après les élections du 14 octobre. Le FDF renouvellera ses instances le 16 décembre. Ce jour-là, les amarantes éliront un président, des vice-présidents et un secrétaire-général. Olivier Maingain préside le parti depuis 1995, ce qui en fait le doyen des présidents de parti. Son mandat expirait en mars dernier mais il a été prolongé jusqu'à la fin de l'année afin d'éviter toute interférence entre ce scrutin interne et les élections communales. (MUA)

13:32 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fdf, manguin |  del.icio.us |  Facebook | | |

Inacceptable Afrique du Sud

 
Seneweb NewsLetter
source: Le Figaro
La mine de platine Lonmin de Marikana a été le théâtre de violents affrontements jeudi, après que la police a fait feu sur des grévistes armés. Plus de 30 personnes sont décédées.La situation a dégénéré, jeudi, entre les policiers et les grévistes de la mine de platine Lonmin de Marikana, en Afrique du Sud. Selon un bilan communiqué par le syndicat des mineurs NUM, 36 personnes seraient décédées. Le ministre de la Police, Nathi Mthethwa, a fait état de plus de 30 morts, ajoutant que ce nombre «continu(ait) d'augmenter».

Réclamant un triplement de salaire - de 400 à 1250 euros -, une centaine de mineurs avait lancé une grève sauvage dimanche dernier. Rapidement, des affrontements entre les deux principaux syndicats (AMCU et NUM) s'étaient déroulés, provoquant la mort de 10 personnes. Un important dispositif policier, lourdement armé et appuyé par des véhicules blindés, avait alors été dépêché sur place.

Jeudi, un groupe de grévistes armés de machettes, de gourdins et de barres de fer a surgi derrière un véhicule, après avoir refusé de se disperser, comme leur demandait la direction de la mine, qui menaçait de licencier les récalcitrants. La police a alors ouvert le feu en tirant des rafales d'armes automatiques, provoquant la mort de nombreux manifestants.

(Attention, les images peuvent choquer)

Tout en rappelant que les forces de l'ordre avaient négocié pendant trois jours avec les grévistes, le ministre de la Police a déploré cette explosion de violence: «Ceci ne devait pas arriver. Nous avons toujours insisté sur le fait que nous avons des lois dans ce pays, qui permettent aux gens de faire grève, de se rassembler pour manifester, et nous pensons que les gens ne doivent pas ignorer ces piliers de notre système. (…) C'est une situation terrible pour tout le monde», a-t-il déclaré. Le porte-parole de la police, Dennis Adriao, a fait savoir que les policiers n'avaient pas eu le choix: «La police a été attaquée lâchement par le groupe, qui a fait usage d'armes variées, dont des armes à feu. Les policiers, pour protéger leur vie et en situation de légitime défense, ont été obligés de répondre par la force.»
(Attention, les images peuvent choquer)

jeudi, 16 août 2012

Ils chanteront sans Youssou Ndour

Habib Faye Bassiste : «Youssou Ndour n’est plus notre patron»
«Dans un futur très proche, nous allons développer des projets. Nous voulons faire sa­voir à l’opinion nationale et internationale que nous sommes en train de nous organiser. Nous voulons également leur faire savoir que Youssou Ndour n’est plus notre patron. Est patron, celui qui paie à la suite d’un travail effectué. Ce n’est plus le cas. Nous savons ce que nous représentons de par le monde. Bien que Youssou Ndour avait la voix mais nous avons la musique qui l’accompagnait jusqu’à ce qu’il devienne ce qu’il est devenu. Comme il est appelé à d’autres fonctions, nous comptons continuer le Super étoile avec d’autres gens et d’autres talents qu’on va révéler plus tard. On est en train de nous organiser pour avoir un staff technique et un management qui n’ont rien à voir avec ce qui existait. Ce qui est important à savoir est que Youssou Ndour n’est plus notre patron. Faire travailler des gens pendant 35 ans et se réveiller un bon jour les mettre au chômage est difficile à supporter. On tient à dire que le Super étoile est un groupe différent de Youssou Ndour. D’ailleurs, on disait Youssou Ndour et le Super Etoile. Donc, le Super Etoile, c’est nous. Mbaye Dièye Faye fait partie de nous. On est égal au Super Etoile.
Avant qu’il ne s’engage dans la campagne, il avait fait des promesses de salaires. Mais rien n’a été respecté. En se séparant des gens, il a mis quelque chose entre nos mains. D’ailleurs, c’est pourquoi vous aviez entendu une réunion à l’issue de laquelle, Mbaye Dièye Faye a été choisi pour gérer l’orchestre. On était tous d’accord parce qu’on est dans la dynamique de préserver quelque chose. C’était au mois d’avril. Mais depuis lors, il n’a rien respecté. C’est un manque de respect.
Je dois dire que nous étions des prestataires. C’est au moment qu’il se préparait à s’engager dans la politique, vers septembre octobre qu’il a pensé à faire de nous des salariés. C’était une manière de maintenir le groupe, le temps de la campagne électorale. A ce jour, il n’a payé personne. Je suis en train de mener une carrière internationale mais je dois tout au Super Etoile. Partout où je vais, on me parle du Super étoile. Je me suis rendu compte que ceci est en train de mourir et je refuse cela. Je suis parti voir Jimmy pour lui dire qu’on ne doit pas laisser mourir notre patrimoine. Il faut le repren­dre, malgré nos contraintes de temps.
Personne ne m’a entendu dire que j’ai quitté le Super Etoile. Il reste toujours mon groupe. Youssou Ndour doit toute sa notoriété nationale et internationale au Super étoile. Si on le classe parmi les cent personnalités du monde, c’est grâce au Super étoile.
Le Super Etoile a existé bien avant son groupe de presse Futurs médias. Je peux dire qu’il l’a créé grâce à l’orchestre. Mais aujourd’hui, les travailleurs de son groupe de presse ont des avantages que nous n’avons pas. Ils ont une coopérative d’habitat, une couverture médicale entre autres. Ce que nous n’avons pas. Si quelqu’un tombe malade parmi nous, s’il n’a pas d’argent, il crève. C’est un manque de respect.»

 

Pape Oumar Ngom : Guitariste, chef d’orchestre «On prend notre sort en main»
«Nous sommes des responsables. Les gens se demandent où se trouve le Super étoile, qu’est-ce qu’il est devenu, quel est son avenir ? Je pense qu’on a le droit de prendre notre sort en main et de mener des actions positives. On ne peut pas confier notre destin à quelqu’un qui a pris une autre direction. Je veux nommer Youssou Ndour. Il n’y a pas autre chose. Or, il y a beaucoup de talents et de maturité artistique au Super étoile. On a beaucoup d’expérience et de connaissances. Je pense avec un peu d’effort, on fera des choses qui vont émerveiller le public sénégalais, si on fait bloc. A la réunion, il y avait pratiquement tout le monde, je veux nommer Habib Faye, Jimmy Mbaye, Ibou Cissé, El hadji Faye, Moustapha Faye, Ablaye Lô et moi-même. Il n’y a que Mbaye Dièye Faye et Assane Thiam qui étaient absents. Mais l’ossature du Super étoile était présente. Assane Thiam était souffrant.

Quand on prend une initiative, on doit surtout convoquer ceux avec qui on a démarré le Super étoile. C’est-à-dire des gens qui ont marqué de leurs empreintes l’orchestre. Des gens comme Thio Mbaye et Omar Sow ont rejoint le groupe récemment. Cela ne veut pas dire qu’ils ne sont pas membres du groupe mais les anciens sont plus légitimes. Sincèrement, depuis juillet 2011, l’orchestre n’a point d’activité.»

 

Jimmy Mbaye Soliste : «Je ne suis pas un musicien qu’on donne en gage»
«Quand des gens sont ensemble depuis plus de 30 ans, il y a un minimum de respect qui doit prévaloir. On se lève un jour, sur un coup de tête, on arrête la vie professionnelle de tout un orchestre. Ce n’est pas du tout normal. Youssou Ndour nous a manqué de respect. Habib Faye a sorti un album international. Je m’apprête à en sortir un à la Korité. C’est pour dire chacun est capable de voler de ses propres ailes. Mais le Super Etoile est notre bébé. On a dit que Jimmy a quitté le Super Etoile, en effet, je suis d’accord que le patron choisisse librement son chemin, mais je n’accepte pas qu’on choisisse à ma place ou qu’on m’indique le chemin à suivre pour des choses qui me concernent. Je suis majeur et vacciné. Je décide de ce que je dois faire. Si maintenant les camarades se sont rendu compte qu’il faut sauver le groupe en faisant des choses professionnelles, je suis partant. Bob Marley est mort mais les Wailers sont en train de tourner avec d’autres artistes. Par exemple, Alpha Blondy et Tiken Jah Facoly font des albums avec eux. Pourquoi pas nous ? Le Super Etoile mérite plus que cela. C’est l’un des plus grands groupe du monde. L’ossature est là depuis 30 ans. Ça ne court pas les rues. Donc, c’est un patrimoine à préserver. C’est pourquoi, je suis revenu sur ma décision de quitter le groupe après en avoir discuté avec Habib Faye. Yous­sou Ndour a mis le Super Etoile entre parenthèses, je ne vais pas garder la case pour quelqu’un qui s’occupe d’autre chose dont on ne sait pour combien de temps. Je ne me vois pas dans une logique de taylé (donner en gage en wolof). Je ne suis pas un musicien qu’on fait du taylé.
Habib et moi sommes en train de faire quelque chose, mais il y en a, dans le groupe, ceux qui n’ont pas les moyens de le faire. Que vont devenir ces gens ? Ce n’est pas sérieux. J’ai soutenu Youssou Ndour même dans la campagne. Ce que je n’ai jamais fait. Mais je ne boxe pas dans la petite catégorie. Je crois avoir toujours fait une carrière fulgurante. Je ne vais pas la terminer de manière ridicule. Le Super Etoile est une famille. Me demander un contrat qui me lie à Youssou Ndour, c’est me demander un contrat qui lie un individu à son frère. Un contrat peut être verbal et moral. Youssou n’a pas respecté ses promesses.»
 
Mbaye Dièye Faye : Percussionniste «Je ne suis au courant de rien»
Depuis la nomination de Youssou Ndour, Mbaye Dièye Faye est le patron désigné du Super Etoile de Dakar. Joint par téléphone pour le faire réagir par rapport au projet de restructuration de l’orchestre, ce dernier rétorque : «Je ne suis pas au courant. C’est vous qui me l’apprenez. Je ne suis au courant de rien.» A propos du manque d’activités et de revenus pour ses collègues musiciens depuis des mois, le percussionniste donne rendez-vous prochainement. «Je ne peux pas y réagir en ce moment. Si vous rappelez en début de semaine prochaine, je vous en parlerai plus amplement», soutient-il.
 

mardi, 07 août 2012

Macky Sall prochainement reçu par Barack Obama

macky.jpgAbdoulaye Wade aura tout fait pour avoir ses entrées à la maison blanche. Mais en vain. Son successeur sera plus chanceux. En effet, Macky Sall sera reçu par Barack Obama. Hillary Clinton a profité de leur tête-à-tête pour lui annoncer la bonne nouvelle. Une audience dont la date reste à préciser mais qui est une prime à la démocratie sénégalaise. Libération lu par Setal.net rappelle que le président Américain avait convenu avec son homologue français que tout président africain élu ou réélu démocratiquement aurait droit à tous les égards. Ce qui est le cas du chef de l'Etat sénégalais qui a été élu de la belle des manières.

09:27 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : macky, obama |  del.icio.us |  Facebook | | |

jeudi, 02 août 2012

Michelle Martin Dutroux : la justice suivra de près le respect des conditions

Michelle Martin: la justice suivra de près le respect des conditions 

(Belga) La justice suivra de près si les conditions de la libération de Michelle Martin sont respectées, a indiqué la ministre de la Justice, Annemie Turtelboom (Open Vld), mardi soir à l'agence Belga.
"Si la Cour de cassation estime qu'il n'y a pas eu de faute dans la procédure et que Michelle Martin est effectivement libérée, l'assistant de justice veillera de près au respect des conditions de la libération", a déclaré le porte-parole de la ministre. (KVH)

lundi, 23 juillet 2012

Tuerie d'Aurora: Obama est arrivé au Colorado

Tuerie d'Aurora: Obama est arrivé au Colorado

Tuerie d'Aurora: Obama est arrivé au Colorado
  •                        
(Belga) Le président des Etats-Unis, Barack Obama, est arrivé dimanche après-midi au Colorado (ouest) où il va rencontrer les familles des victimes de la fusillade meurtrière de vendredi dans un cinéma d'Aurora, a constaté un photographe de l'AFP.
L'avion Air Force One transportant M. Obama depuis la région de Washington s'est posé peu après 15H30 locales (23H30 heure belge) sur la piste de la base aérienne de Buckley, mitoyenne d'Aurora où s'est déroulé le drame qui a fait 12 morts et 58 blessés. M. Obama, qui a été accueilli à sa descente d'avion notamment par le gouverneur du Colorado John Hickenlooper et les deux sénateurs de l'Etat, doit passer un peu plus de deux heures sur place pour rencontrer les proches des victimes, ainsi que des responsables des autorités locales. La Maison Blanche n'a pas précisé dans l'immédiat si M. Obama allait s'exprimer en public au cours de cette visite. (SAUL LOEB)

samedi, 14 juillet 2012

Anvers en fête pour les 100 jours du Président Macky Sall


jeudi, 05 juillet 2012

Josué Barboza de l'APR et Abouna Mbaye de la société civile


Résultats des législatives sénégalaise 2012

 
[Elections Législatives 2012] – Résultats Officiels

Les résultats officiels des élections législatives du Sénégal sont tombés hier soir aux alentours de 18h.

Prononcé par la Commission nationale de recensement des votes ils ont annoncé ainsi une large victoire de la coalition Benno Bok Yakkar.

En effet la coalition de la mouvance présidentielle a obtenu selon ces résultats provisoires 119 sièges sur les 150 que compte l’assemblée nationale.

Paradoxe de cette élection BBY n’a eu que la moitié des voix des électeurs de dimanche dernier et obtient quand même les trois quarts des sièges car ayant remporté le scrutin majoritaire sur tous les départements du pays hormis Koungheul et Kedougou.

Avec un taux de participation de 36,77% plus de 950 000 sénégalais en moins ne sont pas sortis pour aller voter le 1 juillet comparé au deuxième tour de l’élection présidentielle de Mars.

Le parti Démocratique sénégalais, parti du président sortant Abdoulaye Wade à introduit des recours concernant 3 départements ou selon lui des fraudes ont été orchestrées.

Le PDS arrive deuxième de cette élection avec seulement 12 sièges à l’hémicycle mais s’est réjouit d’être arrivé premier devant la liste de ses détracteurs de l’alliance Bok Gis Gis dirigé par Pape Diop président du Sénat et de Mamadou Seck président sortant de l’assemblée nationale qui obtient quant à elle quatre députés. Viennent ensuite 3 listes dirigées par des chefs religieux que sont : le Mouvement citoyen pour la refondation nationale Bes Du Ñakk de Serigne Mansour Sy Djamil qui obtient quatre députés, le MRDS de l’imam Mbaye Niang et le PVD de Serigne Modou Kara Mbacké, qui ont obtenu chacun deux députés.

7 autres partis ont pu engranger suffisamment de voix pour avoir un siège à l’assemblée, MPS/Faxas de Serigne Khadim Thioune, l’URD de Djibo Leyti Kâ, AJ/PADS de Mamadou Diop Decroix, la CPJE/Nay Leer de Demba Diop Sy, Tekki 2012 de Mamadou Lamine Diallo, « Deggo Soxali Transport ak commerce » d’Alassane Ndoye et Leeral de Me El Hadji Diouf.

L’assemblée malgré les listes paritaires imposées par la loi ne sera composée que de 44,66% de femmes soit 64 élues. Ce qui est quand même le double de la dernière assemblée.

Au vu de ces résultats qui seront confirmés après examen des différents recours introduits, nous pouvons dire que malgrè la majorité confortable de la coalition Benno Bok Yakkar le Sénégal disposera d’une assemblée assez hétéroclite car au sein de cette même coalition plusieurs forces y sont représentées.

 

Jolof

mercredi, 04 juillet 2012

Benno Bokk Yaakaar Anvers fête les 100 jours de Macky Sall


lundi, 04 juin 2012

Bruxelles: Ndongo DIOP s'engage aux élections communales d'octobre 2012 pour Berchem-Sainte-Agathe

ndongo.JPG

Visiter : WWW.NDONGODIOP.BE

lundi, 28 mai 2012

A Damas, Kofi Annan se dit horrifié par la tuerie d'Houla

BEYROUTH (Reuters) - L'émissaire spécial des Nations unies et de la Ligue arabe Kofi Annan s'est déclaré "horrifié" par la tuerie d'Houla, lundi à son arrivée à Damas, et demandera au régime syrien de manifester clairement son intention de régler la crise pacifiquement.

Trois jours après le massacre d'au moins 108 personnes dans cette ville du centre de la Syrie, le médiateur ghanéen a affiché sa volonté d'avoir des discussions "sérieuses et franches" avec le président Bachar al Assad, qu'il rencontrera mardi.

La visite d'Annan, sa deuxième depuis sa nomination comme émissaire à la fin février, intervient après la condamnation de la tuerie d'Houla dimanche par le Conseil de sécurité de l'Onu.

Kofi Annan est à l'initiative d'un plan de paix en six points dont un cessez-le-feu, entré officiellement en vigueur le 12 avril mais violé quotidiennement depuis.

Eric Zemmour débarqué de la matinale de RTL

Après ses propos sur la ministre de la Justice Christiane Taubira, le chroniqueur Eric Zemmour ne sera plus à l'antenne de la radio à la rentrée.

Est-ce la goutte d'eau, l'incident de trop ? Le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap) et SOS Racisme qui ont dénoncé hier les propos "racistes" et "machistes" tenus mercredi dernier sur RTL par le chroniqueur Eric Zemmour à l'encontre de la ministre de la Justice Christiane Taubira, apprendront, ici, que le chroniqueur de cette station ne sera plus à l'antenne de RTL, le matin, en septembre.

Mercredi, dans sa chronique sur RTL, Eric Zemmour s'en était pris à Christiane Taubira, fustigeant sa volonté de faire voter rapidement une nouvelle loi réprimant le harcèlement sexuel et disant son intention de supprimer les tribunaux correctionnels pour mineurs.

"En quelques jours, Taubira a choisi ses victimes, ses bourreaux. Les femmes, les jeunes des banlieues, sont dans le bon camp à protéger, les hommes blancs dans le mauvais", avait dit Eric Zemmour. "Les femmes votent majoritairement à gauche depuis 1981, et dans les banlieues, Hollande a réalisé des scores de dictateur africain", disait également le polémiste.

Il a aussi reproché à la garde des Sceaux de se montrer "douce et compatissante, compréhensive", comme "une maman pour ses enfants, ces pauvres enfants qui volent, trafiquent, torturent, menacent, rackettent, violentent, tuent aussi parfois".

Dans un communiqué, le Mrap se dit "scandalisé par la chronique haineuse, raciste et misogyne" d'Eric Zemmour et dénonce son "délire misogyne et raciste".

Le Mrap "en appelle donc au Conseil Supérieur de l'audiovisuel pour que sa mission s'exerce contre une radio qui donne un tel espace à la haine raciste et misogyne".

Dans une tribune publiée vendredi par Le Monde, SOS Racisme juge qu'Eric Zemmour adopte un "positionnement digne de ce machisme grossier dont il ne se départ plus". Il "espère qu'un jour les complexes d'Eric Zemmour se résoudront sur un divan plutôt que par l'expression radiophonique d'une haine quotidienne obligeamment permise par la sollicitude de RTL à l'endroit de ce (...) Lire la suite sur lexpress.fr

jeudi, 24 mai 2012

Ses seins ne lui ont pas porté chnance pour son job

article_laurenodes-20120522-072651-419.jpg

Virée à cause de ses seins jugés trop gros

Lauren Odes a 29 ans, et de trop gros seins. C'est en tout cas, selon elle, la raison invoquée par son ancien patron pour la renvoyer de la boutique de lingerie du New Jersey dans laquelle elle travaillait. La jeune femme a porté plainte, selon le New York Post, et s'est expliquée en compagnie de son avocate Gloria Allred.

Dans un premier temps, son patron lui a demandé de se débrouiller pour que ses seins paraissent plus petits. «J'étais choquée, très humiliée», raconte Lauren Odes. Mais, après s'être entendue proposer de porter «le t-shirt de son petit ami et un pantalon de survêtement», selon son avocate, la sentence est tombée.

Camouflage mammaire

Jugée trop sexy pour son emploi, la jeune femme était sur la sellette. Jusqu'au jour où sa hiérarchie, goûtant peu sa tenue, la prie de sortir chercher d'autres vêtements. Lauren s'exécute et raconte que c'est pendant qu'elle est partie se changer que ses patrons l'appellent pour lui signifier son renvoi.

«On ne devrait pas être jugées en fonction de la taille de nos seins ou de la forme de notre corps», s'est indignée la plaignante. La jeune femme peut compter sur l'expérience de son avocate, qui a déjà défendu Debrahlee Lorenzana, renvoyée à cause de sa plastique qui détournait ses collègues de leur ouvrage.

Retrouvez cet article sur 20minutes.fr

New York: Nafissatou Diallo durcit sa plainte contre DSK

Un nouveau chef d'accusation a été ajouté à la plainte de la femme de chambre sur la base d'une loi new-yorkaise sur les violences basées sur le genre créée en 2000 et très rarement invoquée depuis. La bataille judiciaire se poursuit. Les avocats de Nafissatou Diallo, la femme de chambre qui a accusé l'année dernière Dominique Strauss-Kahn d'agression sexuelle à New York, ont ajouté mardi un nouveau chef d'accusation dans la plainte au civil déposée à l'encontre de l'ancien directeur général du FMI.

Les poursuites au pénal contre l'ancien ministre socialiste des Finances ont été abandonnées en août dernier à la suite de contradictions apparues dans les dépositions de la femme de chambre du Sofitel de Manhattan.

La plainte au civil constitue l'ultime possibilité pour Nafissatou Diallo de faire établir en justice la responsabilité de Dominique Strauss-Kahn.

Dans la nouvelle version de la plainte, les avocats de la femme de chambre s'appuient sur une loi new-yorkaise sur les violences basées sur le genre créée en 2000 et très rarement invoquée depuis.

"L'accusé a commis un délit de violence contre la plaignante parce que cette dernière est une femme et, en partie du moins, parce qu'il éprouve de l'animosité envers les femmes", peut-on lire dans la plainte amendée qui a été déposée devant un tribunal de Bronx.

Le classement sans suite réclamé par les avocats américains de Dominique Strauss-Kahn dans la plainte au civil déposée par Nafissatou Diallo a été rejeté début mai par le juge de la Cour suprême du Bronx Douglas McKeon.

Nafissatou Diallo accuse Dominique Strauss-Kahn de l'avoir contrainte à une fellation le 14 mai 2011 dans la suite 2806 de l'hôtel Sofitel de Manhattan.

A son retour en France, à la fin de l'été 2011, Dominique Strauss-Kahn a reconnu une "relation inappropriée" et une "faute morale" mais affirmé que ce qui s'était passé dans la suite du Sofitel ne comprenait "ni violence ni contrainte, ni agression, ni (...) Lire la suite sur lexpress.fr

Karachi: Donnedieu de Vabres en garde à vue