Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 03 septembre 2015

Mankeur Ndiaye accusé de faire la guerre aux diplomates de L’APR…Un ancien ambassadeur l’attaque

mankeur-apr-aliou-ndao.jpg

La Diplomatie sénégalaise: Si, n’est pas diplomate de carrière qui veut, n’est pas politique de carrière qui veut non plus.

Nous avons bien compris que vous ne voulez pas de nous autres politiques dans les missions diplomatiques c’est clair. A votre tour de comprendre que nous les politiques aussi, nous n’accepterons plus jamais qu’un diplomate de (carrière ou de formation) s’aventure en politique, surtout dans une juridiction où l’APR est présente et bien organisée. Des têtes ont été coupées parce que trop politiques : (Ambassadeur Aliou Ndao Fall, le Consul Général Tamsir Faye) et d’autres vont suivre très prochainement sans aucun doute. Cette campagne contre les responsables politiques APR (je dis bien APR), orchestrée à partir du ministère des affaires étrangères ne nous surprend guère. Puisque manifestée dès notre nomination et vécue au quotidien dans l’exercice de nos fonctions par un manque de collaboration et de considération qui frisent le mépris. S’il est vrai que nous ne sommes pas des diplomates de (carrière) il est aussi vrai qu’un ambassadeur n’est pas non plus un politique de carrière. Dès lors, entendons-nous bien. Les responsables politiques que nous sommes et fiers de l’être, nous n’accepterons plus qu’un ambassadeur en poste joue au responsable politique dans sa juridiction. L’APR est présente et bien organisée dans toutes les juridictions diplomatiques sénégalaises. Le Président de la République a eu à visiter bon nombre de ces juridictions et à chaque fois ce sont les diplomates de (carrière) qui se transforment en responsables politiques de carrière, pour l’accueil et durant le séjour du Président de la République. Alors que les responsables de l’APR sur les lieux, ceux-là même qui plus que des fondateurs ont pensé, initié l’APR, se retrouvent totalement exclus de l’évènement au profit des amis et autres acolytes de Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur. L’Ambassadeur n’accepte même pas que quelques membres du bureau de la DSE accèdent au salon d’honneur pour l’accueil du Président. A leurs places, on met en avant des amis, des parents ou des hommes d’affaires dont poches pleines. Et quand les militants demandent une rencontre avec leur président du parti, on invoque l’indiscipline et l’insécurité pour couper tout contact. Ou alors l’Ambassadeur vous sert : «le Président reçoit tous les sénégalais ensemble.» Est-ce là des instructions du Président de l’APR? Parce que là il s’agit bien du Président du parti APR vis-à-vis de ses militants et sympathisants. Peut-on imaginer un instant que lors d’un Conseil des Ministres décentralisé, le Président ne rencontre les responsables politiques de l’APR de la région ?
Quel Gouverneur ose dire aux responsables politiques APR de sa région que le Président de la République ne peut vous recevoir ou bien vous reçoit avec tout le monde ?
Alors comment voulez-vous, après avoir enfanté ce parti dans la douleur, l’avoir porté au pouvoir dès le premier tour en 2012, que les Républicains de la Diaspora se contentent d’un simple bain de foule ? Sachez que nous ne demandons aucune faveur bien au contraire, nous réclamons notre droit : celui d’accueillir, de discuter, de communier, de communiquer avec le Président de notre parti APR durant son séjour dans nos pays d’accueil. C’est là notre droit le plus absolu compte tenu de notre militantisme, de notre engagement et de notre fidélité à notre leader. Que l’Ambassadeur veille pour la réussite de la visite du Président de la République sur tous les plans, nous sommes tout à fait d’accord. Mais sur le plan politique nous exigeons de jouer notre rôle en tant que représentant légal et légitime du parti. Ce n’est pas si difficile à comprendre quand même ! Ou s’il faut passer par l’incivisme et l’indiscipline pour se faire comprendre ma foi pourquoi pas ? Dans ce cas vous les diplomates de (carrière) vous en serez les seuls et principaux responsables devant le Président de la république et Président de l’Apr. Comment un Ambassadeur peut-il, que dises, ose-t-il remettre en question un bureau exécutif APR élu démocratiquement par les militants dans sa juridiction ? Que cache une telle démarche si ce n’est d’affaiblir le parti au profit d’un autre parti ?
On doit comprendre que ces responsables n’ont que cette unique occasion pour communier avec leur leader, leur président du parti. Alors vouloir les priver de ces moments symboliques, politiques et si rares est non seulement égoïste, mais surtout dangereux pour l’avenir du parti. C’est le cas de le dire. Ce qui se prépare au Portugal pour la prochaine visite du Président de la République, risque de porter un coup fatal à l’organisation de l’APR dans la Diaspora. Parce que trop c’est trop comme dirait l’autre. Un Ambassadeur qui exclut d’emblée les responsables du parti sur place dans l’organisation de cet évènement et pire dont l’épouse se prend pour la responsable des femmes parce que le FAISE sera là. C’est extrêmement grave. Il est temps que la Diplomatie sénégalaise comprenne enfin sa mission et l’exerce efficacement avec hauteur et grandeur. Si, n’est pas diplomate de carrière qui veut, n’est pas politique de carrière qui veut non plus.

Dorénavant nous responsables de l’APR dans la Diaspora, nous veillerons scrupuleusement aux agissements et comportements de nos diplomates de (carrière) en poste. De même nous nous assurerons que les financements du FAISE ont été alloués aux ayant droits et non à une bande ou un groupe, d’amies, de parents de madame l’ambassadrice, ou monsieur l’ambassadeur, ou monsieur le Consul Général. Et nous n’hésiterons pas à dénoncer tout manquement et toute combine, ou tout détournement de ces fonds vers des femmes non éligibles. Enfin pour information, le porte-parole de la Diaspora APR voir au-delà n’est pas mort, il est bien vivant et il n’a pas encore rangé sa plume dans un tiroir ou casser sa plume.
Mon militantisme et mon engagement politique pour un Sénégal en développement ne datent pas d’aujourd’hui, sont connus et dépassent très largement le seul fait d’être limogé d’un poste qu’elles que soient les raisons par ailleurs. Militant je suis, militant je reste.
Alioune Ndao Fall
Secrétaire National
Chargé de la Diaspora APR

samedi, 15 août 2015

Abdoulaye Wade à Coeur Ouvert

abdoulaye wade,karim wade

dimanche, 09 août 2015

Mamadou DIOP DECROIX hors série

Mamadou DIOP Deroix et Oumar Sarr après avoir trahi le jeune responsable étudiant libéral en le faisant garder à la police attaquent maintenant les Mbacké Mbacké leur accusant de remplir en billets de banque leurs poches en échange de leur soutien au régime. Mamadou DIOP Decroix est le politicard le plus satanique de la Nation. Il faut absolument le foudroyer dans son jeu si dangereux.

decroix.jpg

lundi, 27 juillet 2015

L’Administrateur de la DSE APR France apporte son soutien indéfectible à Tamsir Faye dans les très fâcheuses difficultés qu’il traverse en ce moment

Selon que vous soyez puissant ou misérable, les jugements de Cour vous rendront blanc ou noir »(Jean de la Fontaine).


Ce que je me dois d’illustrer, en toute conscience, dans cette affaire, est l’attitude du Procureur de Marseille qui, après avoir reçu le procès-verbal de la police, nous gratifie à travers une conférence de presse, une annonce surprenante : « La France pourrait demander l’autorisation au Sénégal de pouvoir juger Tamsir Faye», en transgression flagrante des règles édictées par la Convention de Vienne de 1963 sur les relations consulaires entre Etats. Sortant complètement de son rôle de transmission du dossier à son Ministère de tutelle, excédant sa charge, il se substitue commodément au Ministre des Affaires étrangères, laissant subodorer une demande de levée de l’immunité diplomatique du chef de mission accrédité. C’est inhabituel! Un fait divers se reconnaît au fait que la justice soit impliquée. Est-ce le cas dans cette affaire? Yavait-il, ne serait-ce qu’un journaliste présent sur les lieux pour témoigner et informer des faits tels qu’ils se sont réellement déroulés ? Bien sûr que non ! Comment La Provence, quotidien marseillais qui en a fait son premier écho, a-t-elle pu être au courant des faits ? Si ce n’est par le labyrinthe de la police. Etait-il vraiment essentiel pour une si triviale affaire, sans la moindre preuve indubitable, d’informer le journal de la cité phocéenne ? On discerne deçà cette cartésienne policière qui consiste à alerter systématiquement la presse, dès qu’ils sentent avoir commis une balourdise, afin de se prémunir et tenté de rallier l’opinion publique à leurs causes.SADIBOU-DIALLO-425x600.jpg
Sachant indéniablement que le jeune diplomate Tamsir Faye leur avait honnêtement énoncé en quittant le commissariat qu’il n’en resterait pas là, de par la thérapeutique particulière qui lui a été réservée et si l’on se réfère à ses fortes récusations dans la presse, à savoir le traitement brutal et indigne dont il énonce avoir été l’objet. Poussant plus loin mon analyse, j’en suis arrivé à cette position. Si le Consul Général Faye avait eu le légalisme d’alerter, en premier, une certaine presse dans la cité phocéenne dont les journalistes éclatants de talent, ont la faveur des masses qui la consultent comme un oracle, l’affaire aurait infailliblement pris toute autre tournure.

Par ailleurs, il est important de rappeler que l’ivresse publique, une fois constatée, doit être suivie par le placement de la personne grisée dans une cellule de dégrisement. Avant ce placement, l’individu en état d’ébriété chronique, doit être conduit par les agents devant un médecin du centre hospitalier le plus proche. Si le placement en cellule de dégrisement n’est pas possible (coma éthylique), la personne sera hospitalisée ; dans le cas contraire, le médecin délivre un certificat de non-hospitalisation, qui autorise les forces de police à placer la personne ivre dans une cellule de dégrisement. Ce certificat permet d’établir la comptabilité de l’état de la personne avec la mesure de police. Est-ce le cas ? Le Procureur de Marseille qui, à mon humble avis, est allévite en besogne, détient-il ce certificat ? Rappelons-nous que le jeune diplomate Faye a été manu militari interpellé vers 19h30 et conduit menotté au Commissariat. Il en est sorti un peu après 20h30.
En conséquence, j’ai la conviction profonde de conjecturer que cette affaire, surabondamment montée en flèche dans les medias», traitant le jeune diplomate d’exhibitionniste, sur les seules dires extrêmement dévastatrices d’une riveraine, s’éteindra d’elle-même. Car il est inconcevable que la version des faits du Consul général, gravement déblatéré, n’ait point été explorée. Plus surprenant encore, que les journalistes français, qui ont relayé à pléthore l’article du quotidien marseillais, ne se sont complait que du procès-verbal de la police, prestement contesté par le Chef de mission consulaire, n’aient eu l’interférence professionnelle de recueillir l’exposé intégral des faits de l’incriminé diplomate, Etant entendu que les accusations qui lui sont imputées, sont d’une excessive gravité et particulièrement infamante.
Nul, pour clore ma réflexion, n’étant parfait en ce monde ! Personne n’a énoncé que dans cette affaire Tamsir Faye est blanc comme neige. Mais je réaffirme que sa version personnelle des faits devrait aussi peser sur la balance de la justice. Subséquemment, ne jugeons pas trop vite ! Contrairement à toutes les exégèses, le camarade Tamsir n’est ni lâché par ses compagnons du parti et encore moins par son Ministre de tutelle qui, en diplomate hors pair, a ipso facto pris une mesure conservatoire, en le rappelant à rejoindre aussitôt Dakar avec sa famille l’a, au contraire cuirassé. Sachant Tamsir Faye en perdition, s’il était limogé en étant encore en France, de sa sortie sur la police française son rappel, par une mesure conservatoire, était impératif. En diplomate avéré, notre excellent Chef de la diplomatie a pleinement joué pour la sauvegarde des relations diplomatiques entre la France et le Sénégal.
« Et Mankeur l’a fait, sans savoir qui a raison ou qui a tort. Il a sauvé les deux parties », affirme avec un humour raisonné la journaliste Penda Sow – Xibaaru.


Son Excellence Cheickh Sadibou DIALLO
Conseiller Spécial du Président de l’APR
Administrateur de la DSE APR France

samedi, 25 juillet 2015

Le Président Macky Sall à l'EXPO Milan 2015

Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky Sall, est arrivé ce vendredi 24 juillet à Milan où se tient l'exposition universelle 2015, communé...ment appelée Expo Milan 2015. Cet évènement mondial favorise un échange à la fois culturel, économique et humain entre les nations. L'expo 2015, c'est "184 jours d’exposition, du 1er mai au 31 octobre 2015, 130 pays participants, et plus de 20 millions de visiteurs attendus sur un site gigantesque d’un million de mètres carrés."

11796386_965571590160249_3106903897338148884_n.jpg


Du 22 au 28 juillet 2015, le Sénégal est à l'honneur avec une semaine entière dédiée à notre pays. Le Président Macky Sall a tenu à visiter cette exposition et rehausser ainsi l'image du Sénégal à ce rendez-vous mondial.

11141185_965571740160234_781263138529088258_n.jpg

Ce évènement international sera aussi mis à profit par le Chef de l'Etat pour vendre la destination Sénégal et contribuer de la sorte à capter les capitaux italiens dans le cadre du Plan Sénégal Emergent.
C'est ainsi que le Chef de l'Etat présidera, le samedi 25 juillet, à Milan, la cérémonie officielle d'ouverture du Forum économique du Sénégal. Le Forum permettra de présenter aux hommes d'affaires italiens les opportunités d'investissement au Sénégal.

Plus d'une centaine d'organisations italiennes a manifesté son intérêt pour ce forum. Plusieurs secteurs sont représentés: l'enseignement supérieur, l'agriculture, la construction, le tourisme, la finance, le commerce, la coopération militaire, et le développement local.

Le Real Madrid balaie Manchester City

par Alexandre Pengloan (iDalgo)

Le Real Madrid, accroché par l'AS Roma pour sa reprise (0-0, tab : 6-7), a poursuivi sa préparation avec une nette victoire. Vendredi, à Melbourne, les Merengues ont donné la leçon à Manchester City (4-1) dans le cadre de l'International Champions Cup. Karim Benzema, d'une superbe reprise de volée à la réception d'un centre de Gareth Bale, avait ouvert la marque (21e) avant que Cristiano Ronaldo n'inscrive le but du break dans la foulée (25e). Face à des Citizens dépassés et ayant perdu Fabian Delph sur blessure, les Espagnols ont enfoncé le clou par l'intermédiaire de Pepe (44e), Denis Tcherychev donnant plus d'ampleur à la victoire en seconde période (73e). Yaya Touré, qui a surnagé dans le marasme, a sauvé l'honneur sur penalty (45e+4). Les Madrilènes chercheront à poursuivre leur montée en puissance lors de leurs deux prochains rendez-vous contre l'Inter Milan et l'AC Milan.

AAdrncN.jpg

11:16 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : réal, manchester |  del.icio.us |  Facebook | | |

jeudi, 23 juillet 2015

Fête de l'Indépendance à Lyon, un défilé militaire le 13 juillet 2015

samedi, 18 juillet 2015

Le Consul Général de la République du Sénégal à Lyon Alioune DIOP présente ses voeux d'AID EL FITR 2015

Ala-u Akbar, wa ila il hamd, wa subhanalahi wal xamdulilahi wa lahi laha ila alahi. C'est avec ces formules que nous avons entamé le rituel de la prière de la Korité ou l'Ain el Fitr à la Grande Mosquée de Lyon ce Vendredi 17 juillet 2015. Je remercie le Recteur de la Mosquée Mr Keptane de m'avoir permis de souhaiter mes meilleurs voeux à la communauté sénégalaise et musulmane sur Radio Salam. Bonne fête à toute la communauté sénégalaise de Rhône-Alpes et Auvergne et Bonne fête à toute la Diaspora Africaine. Que le Sénégal émerge au grand profit des populations.

20150717_063051 (2).jpg

samedi, 04 juillet 2015

"Les rivages de la Grèce"

Cette revue de presse internationale commence avec ce dernier chiffre rendu public mardi, par l’ONU : depuis le début de l’année, 137 000 réfugiés et migrants ont atteint l'Europe, après avoir traversé la Méditerranée.

Sur les six premiers mois de l'année 2015, 67 500 d’entre eux sont arrivées en Italie, contre 68 000 sur les îles grecques, rappelle "The Wall Street Journal". La Grèce dépasse à présent l’Italie pour le nombre d’arrivées - une difficulté de plus, évidemment, pour un gouvernement déjà empêtré dans la crise. D’après le quotidien américain, Bruxelles a octroyé 446 millions d’euros à la Grèce pour la période 2014/2020, pour faire face à cet afflux de migrants et renforcer le contrôle de ses frontières, mais ces fonds, qui n’ont toujours pas été transférés, d’après la ministre de l’Immigration, seraient en partie destinés à couvrir les dépenses passées. Le gouvernement grec dit qu’il aurait besoin d’embaucher 2 000 personnes pour gérer l’accueil des réfugiés, mais ces emplois n’iraient pas dans le sens des  économies souhaitées par les créanciers du pays…

 

La situation se dégrade "d’heure en heure", selon "The Wall Street Journal". D’après l’ONU, plus de la moitié de ces migrants qui arrivent en Grèce viennent de Syrie, où l’organisation État islamique continue sa progression. L’incapacité du régime à venir à bout des jihadistes, notamment à la suite de l’attaque de Sousse, en Tunisie, au cours de laquelle 30 Britanniques ont été tués, et les nouveaux départs de ressortissants du Royaume-Uni vers la Syrie, pourraient amener Londres à voter en faveur d’une extension des frappes à la Syrie, d’après "The Independent".

 

"The Independent" évoque aussi jeudi matin la progression de l’organisation jihadiste en Egypte, dans le Sinaï, où de violents combats contre l’armée et la police égyptiennes, ont fait au moins 64 morts. Une offensive de grande ampleur qui a eu lieu deux jours après l’assassinat au Caire du procureur général d’Égypte dans un attentat à la bombe, rappelle le journal britannique, qui montre le président égyptien lors de ses obsèques, mardi. Abdel Fattah al-Sissi a promis une législation plus dure "pour lutter contre le terrorisme".

 

À la une également ce matin, le rétablissement des relations diplomatiques, suspendues depuis 54 ans, entre Cuba et les États-Unis. Les deux pays viennent d’annoncer la réouverture, le 20 juillet, de leurs ambassades - c’est dans le journal officiel de Cuba, "Granma", qui semble surtout  s’impatienter de ce qui devrait, logiquement, suivre le rétablissement des liens diplomatiques: la levée des sanctions économiques, et de l’embargo sur Cuba.

 

Côté américain, les réactions sont assez mitigées. "Barack Obama a bien fait de déclarer que personne ne s’attend(ait) à ce que Cuba se transforme en une nuit", ironise "The Washington Post", qui regrette que la "normalisation", depuis six mois, des relations entre Cuba et les États-Unis n’ait été accompagnée d’aucun signe d’amélioration en matière des droits de l’Homme, bien au contraire. Le quotidien, qui cite "des sources au sein de la dissidence cubaine", fait état de 3 000 prisonniers politiques de plus depuis décembre. Obama qui serait tombé d’accord avec l’un des candidats à la primaire républicaine, Jeb Bush, à propos de la recette… du guacamole. Lu dans "The New York Times".

vendredi, 03 juillet 2015

A la Une: Hollande en Afrique

Au menu  la Grèce empêtrée dans ses difficultés, et qui doit, en outre, gérer l’arrivée de milliers de migrants. L’avancée des jihadistes en Syrie et en Égypte. Et la recette du guacamole.

 Première étape de la tournée africaine de François Hollande : le Bénin. Le quotidien cotonois La Nouvelle Tribune en profite pour brosser un portrait au vitriol du pays et de ses dirigeants. « Le Bénin, périphérique de l’ex-pré-carré, ne suscite guère un intérêt aussi manifeste que la Côte d’Ivoire, le Gabon, le Congo, le Sénégal et les terres gorgées de pétrole des anglophones du Golfe de Guinée. Le Bénin est et reste tel que défini par un de ses anciens présidents, Mathieu Kérékou “un petit pays aux ressources limitées”. Des ressources dans lesquelles, pourtant, les responsables politiques plongent allègrement la main, déplore La Nouvelle Tribune, au mépris des orthodoxies financières les plus élémentaires, au mépris du serment prêté sur la Constitution, aux mépris de leurs formations de banquiers et de technocrates avérés, au mépris surtout de leur culture, celle qui fait du bien public un patrimoine sacré, incessible à tout individu. Le cas Yayi Boni, notre époustouflant président, reste un exemple édifiant, s’exclame le quotidien cotonois. Les ressources du pays, comme on le sait, sous ses deux mandats, ont fait et font toujours l’objet de prédations les plus grotesques. On ne compte plus les scandales qui impliquent à la fois son entourage et lui-même. »
 
Et c’est donc au milieu de ces « béninoiseries », soupire La Nouvelle Tribune qu’arrive François Hollande qui « connaît tous ces faits »…
 
« Le Bénin attend depuis 1983 l’arrivée d’un président français, note pour sa part le site d’information Guinée Conakry Infos. Le pays du président Boni Yayi, cet économiste, fin limier qui promet de ne point se succéder à lui-même après ses dix ans de gouvernance ; tout en faisant un clin à la France, en nommant récemment un premier ministre franco-béninois, lui aussi, comme par hasard…, homme d’affaires avisé ! Cette visite ressemble bien à une onction démocratique pour la suite, avec les prochaines élections. Le Bénin qui est du combat contre Boko Haram est aussi un partenaire qui intéresse la France. »
 
Aucune remontrance…
 
« Apres le Bénin, pointe encore Guinée Conakry Infos, cap sur l’Angola, le pays du président José Eduardo Dos Santos, ce nouvel eldorado africain du pétrole […]. Les intérêts français ici sont bien connus. Total y règne en maître, avec les 40 % des ressources du pays et les 15 % de ses extractions internationales, cependant la France en veut plus. Les infos qui fuitent font état de la signature au cours de ce voyage de plusieurs contrats dans les domaines des infrastructures hôtelières et autres pour plusieurs centaines de millions d’euros. Si tout se joue comme annoncé. »

mercredi, 01 juillet 2015

Lyon contre le réchauffement climatique

lundi, 22 juin 2015

Retour sur Gorée par Youssou Ndour

jeudi, 18 juin 2015

Traité de malotru dans les « Lundis de Madiambal » : Yakham M'baye porte plainte et traîne Madiambal au tribunal et devant le Cored pour injures

yakh.jpgLe Secrétaire d'Etat chargé de la communication, Yakham M'baye, a décidé de porter plainte contre Madiambal Diagne, administrateur du journal « le Quotidien » qui, dans ses éditos du Lundi l’avait traité ainsi que le ministre Me Oumar Youm et le Secrétaire d'Etat chargé de l’alphabétisation, Youssou Touré, de « malotrus ». 
Son avocat, Me Ousmane Sèye, que nous avons joint, de confirmer l’information et d’affirmer que Yakham ne compte pas en rester là. En effet, il va traîner Madiambal Diagne devant le CORED (Comité pour l'observation des règles d'éthique et de déontologie dans les médias au Sénégal). 
Selon l’avocat, Yakham M'baye est un citoyen au même titre que tous les autres et peut donner donc son opinion sur une question qui concerne la République, comme tout le monde. Il a par ailleurs noté que Dansokho étant chef de parti, ce sont plutôt les membres de ce dernier qui devraient le défendre et non Madiambal Diagne...

vendredi, 29 mai 2015

Le Consul Général Alioune DIOP vous invite au Stand Sénégal aux Fêtes Consulaires 2015 de Lyon les 13 et 14 juin à la PLACE BELLECOUR.

Scan0001 (2).jpg

mercredi, 20 mai 2015

Le Meeting de Mariama Kamara Sakher pour Macky Sall ce 17/05/2015 à Lyon

L’UE lance l’opération Navfor Med contre le trafic de migrants

Les ministres européens de la Défense et des Affaires étrangères étaient réunis ce lundi 18 mai à Bruxelles pour donner formellement le feu vert à l'opération Navfor Med. Objectif : décourager les trafiquants d'êtres humains à prendre la mer avec des milliers de migrants dans leurs embarcations, saisir leurs bateaux et les détruire.

 

L’objectif avoué de cette opération baptisée Navfor Med est de casser le commerce des trafiquants d’êtres humains. Cette opération cible les côtes libyennes, considérées comme une plate-forme importante du trafic de migrants. Le but est la sécurisation de la Méditerranée et le sauvetage des émigrés en perdition. Mais d’abord le recueil de renseignements par satellites, radars et surveillance aérienne pour tracer le parcours des filières utilisées par les passeurs.

 

Son quartier général sera établi à Rome. Navfor Med prévoit de déployer des bâtiments de guerre et des avions de surveillance des armées européennes. La France, la Grande-Bretagne, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne devraient ainsi soutenir les efforts logistiques de cette opération.

 

Pas d'intervention militaire en Libye

 

Même si Navfor Med est décrite comme une opération de sécurité et de défense, il est certain qu’il n’y aura pas d’intervention militaire, même ponctuelle, sur les côtes libyennes. La Haute Représentante pour la politique extérieure de l’UE, Federica Mogherini, l’a expressément exclu. Pour l’instant, il n’y aura pas non plus de bâtiments européens dans les eaux territoriales libyennes. Les navires militaires européens seront pour l’instant cantonnés aux eaux internationales ou européennes. Et cela restera ainsi tant qu’une résolution n’aura pas été votée par les Nations unies.

 

Les Européens tentent depuis la semaine dernière de convaincre la Russie de la nécessité de cette résolution. Il semble que si la mention de la destruction des embarcations des passeurs était enlevée du texte, la Russie pourrait lever son opposition. C’est en tout cas ce que disent plusieurs chancelleries européennes.

 

Pour la chercheuse Delphine Perrin, « cette mesure est inadaptée à l'ampleur du problème ». Cette mesure ne fera, selon elle, « que déplacer le problème ». Un scepticisme partagé par le sociologue tunisien Mehdi Mabrouk, sociologue tunisien, qui juge cette opération « contre-productive », car elle pourrait bien dessiner de nouvelles routes de la migration. En parallèle à ce projet, l'UE a triplé les ressources de deux opérations du programme Frontex, l'agence de surveillance des frontières européennes

vendredi, 15 mai 2015

Tentative de coup d'Etat au Burundi

Le général Godefroid Niyombaré, ex-chef des renseignements burundais, a annoncé mercredi la destitution du président Pierre Nkurunziza. La présidence a répliqué que la tentative de coup d'État avait échoué

Le général Godefroid Niyombaré a annoncé, mercredi 13 mai, la destitution du président burundais Pierre Nkurunziza. Ce dernier est en déplacement à Dar es Salaam, en Tanzanie, pour un sommet consacré à la crise ouverte par sa volonté de briguer un troisième mandat au Burundi.

 

"Le président Pierre Nkurunziza est destitué de ses fonctions, le gouvernement est dissous", a annoncé, sur les ondes de la radio privée Insaganiro, le général Niyombaré, ancien chef des renseignements. Celui-ci a été limogé en février après avoir déconseillé au chef de l'État de briguer un troisième mandat jugé inconstitutionnel par ses adversaires politiques.

La présidence burundaise a de son côté affirmé sur Twitter que la "tentative de coup d'État a échoué" et que "la situation est maitrisée".

Thaïs Brouck, envoyé spécial de France 24, a constaté sur place qu'une cinquantaine de militaires, qui refusent de s'exprimer, ont pris position autour des bâtiments de la Radio-Télévision nationale burundaise (RTNB).

Toute la matinée, la police avait tenté d'empêcher des petits groupes de manifestants de se regrouper dans la capitale. Depuis le 26 avril, la police bloque les opposants dans les quartiers périphériques de la capitale Bujumbura pour éviter qu'ils ne convergent vers le centre-ville.

 RFI Au Burundi, la situation évolue rapidement ce mercredi. Alors qu’en Tanzanie, un sommet réunit plusieurs chefs d’Etat pour faire le point sur la crise qui secoue le pays, à Bujumbura, l’ex-chef d’état-major, Godefroid Niyombaré, annonce sur une radio privée la destitution du président Pierre Nkurunziza. La capitale burundaise est le théâtre depuis plusieurs semaines de manifestations contre le président et sa candidature à un troisième mandat.

Les heures sont données en temps universel (TU),

13h15 : jusqu’à la mi-journée, la RPA était coupée sur l’ensemble du territoire. Deux autres radios privées, radio Bonesha et radio Isanganiro, n’émettaient plus ces dernières semaines que dans la capitale. Les signaux de ces trois radios ont été rétablis, ce mercredi, dans tout le pays.

13h05 : selon l’envoyé spécial du Monde au Burundi, Jean-Philippe Rémy, ce sont des militaires qui seraient allés ouvrir la RPA.

13h00 : la Radio Publique Africaine (RPA), très populaire au Burundi, vient de réémettre après 15 jours d’interruption. Elle couvre désormais les évènements qui se déroulent à Bujumbura, ce mercredi.

12h40 : les manifestants chantent l’hymne national, selon notre envoyée spéciale à Bujumbura, Sonia Rolley.

12h37 : sur RFI, le correspondant à Dar es-Salaam, fait part d’une forte agitation en Tanzanie où doit avoir lieu un sommet sur la crise au Burundi. La cérémonie d’ouverture n’a pas eu lieu comme prévu et personne n’a encore vu Pierre Nkurunziza qui devait participer à cette rencontre. Les différents membres des délégations sont tous au téléphone et tentent d’avoir des informations sur la situation sur le terrain.

 

vendredi, 01 mai 2015

Sénégal:Lancement de la carte d’égalité des chances Macky Sall: «Le handicap n’est pas une fatalité définitive »

Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky Sall, a présidé ce jeudi 30 avril 2015 à partir de 10h 30 au King Fahd Palace, la cérémonie de lancement de la carte d’égalité des chances pour les personnes handicapées.

Pour rappel, la carte d’égalité des chances est un système de protection sociale défini par l’article trois (3) de la loi d’orientation sociale N°2010-15 du 6 juillet 2010. Elle offre divers avantages aux personnes handicapées en leur permettant d’accéder à des services sociaux de base.

Lors de la déclaration de politique générale du 28 octobre 2013 un objectif de production de 50 000 cartes d’ici à 2017 a été décliné par le Premier Ministre dont 20 000 cartes en 2014.

Ainsi, lil s’agissait, à travers cette cérémonie, de matérialiser un engagement du chef de l’Etat. Un engagement dont le cadrage est bien pris en charge dans le plan Sénégal Emergent, à travers notamment l’axe 3 « Capital humain, Protection sociale et Développement durable ».

Instrument de protection «inspiré par la solidarité, valeur fondamentale dans nos cultures et traditions sociales», cette carte a pout but de promouvoir l’égalité des chances pour favoriser le mérite, l’accès à l’éducation, à la formation et à l’emploi, à la santé et à aux autres services sociaux de base en permettant notamment à ses bénéficiaires d’adhérer à des mutuelles de santé.

La République postule l’égalité de tous, sans distinction d’origine, de naissance ou de condition sociale» - «Nit nit ay garabam»


C’est en ce sens que le Chef de l’État a souligné que c’est un instrument qui est en parfaite «harmonie avec sa vision de développement solidaire et inclusif déjà traduite par les Bourses de Sécurité familiales, la Couverture Maladie Universelle et le pilier 2 du Plan Sénégal Émergent qui accorde une place centrale à l’équité sociale».

Le Président de la République s’est réjoui de la diligence notée dans la constitution des dossiers sur l’ensemble du territoire national et a annoncé la mise en place prochaine d’un Haut conseil à l’égalité des chances au profit des personnes handicapées et d’un Fonds d’appui qui leur sera dédié.

Un Haut conseil à l’égalité des chances et un Fonds d’appui bientôt mis en place

La carte d’égalité des chances incarne ainsi « non seulement la République en lois, mais aussi et surtout la République en actes».


En effet, considérant que «le handicap ne doit guère être vu comme une fatalité qui condamne à la marginalisation définitive », la carte d’égalité des chances permettra de créer les conditions d’autonomisation et d’épanouissement des handicapés dans notre société.


Car, comme l’a si bien compris le Chef de l’Etat, « la République postule l’égalité de tous, sans distinction d’origine, de naissance ou de condition sociale» - «Nit nit ay garabam».

Vers une plus grande synergie dans la gestion de la politique sociale

Soucieux d’une gestion harmonisée et optimisée de la politique sociale le Chef de l’État a dès lors demandé au ministère de l’action sociale ainsi qu’à la Délégation générale à la Protection sociale et à la solidarité nationale de travailler en collaboration pour uniformiser leurs fichiers afin de permettre aux personnes handicapées dont les certificats médicaux sont attestés de bénéficier des bourses familiales.


Le Président de la République a remercié les partenaires techniques et financiers pour leur engagement et les a, par ailleurs, engagé à poursuivre cette collaboration active pour une mise en oeuvre réussie de ce projet social auquel il attache un grand intérêt. Aussi, le Président de la République a-t-il rappelé son attachement particulier à la diligence et la transparence dans le processus de distribution.

handi.jpg


Prenant la parole, le Président intérimaire de la Fédération Sénégalaise des Associations de Personnes handicapées, Monsieur Yatma Fall a remercié le Chef de l’État pour la place donnée aux personnes handicapées dans le Plan Sénégal Émergent, qui selon lui, «comporte un pilier fondamental de lutte contre les inégalités sociales et la promotion du capital humain à travers la mise en place de politiques sociales innovantes».

Par ailleurs, il a fait un plaidoyer en faveurs des personnes handicapées toute catégories confondues et a exprimé sa volonté de les voir siéger dans toutes les instances de décision.
Les quatorze premiers bénéficiaires, représentants les différentes régions du Sénégal, ont reçu chacun des mains du chef de l’Etat, leur carte d’égalité des chances.

La mobilisation des personnes vivant avec un handicap était tellement forte qu’un grand nombre de personne n’a pu accéder à la salle.
Un chapiteau à ainsi été aménagé et le Chef de l’Eta a tenu à y passer pour s’adresser directement à toutes les personnes venues soutenir en masse le lancement réussi de la carte d’égalité des chances.

 

 

Zac Coulibaly

jeudi, 30 avril 2015

Dakar: Pape Diop, le Président de Bok Gis Gis aveugle

pape diopHier Pape DIOP est passé complètement à coté de la plaque. Il dit que gérer la mairie de Dakar, c'est gérer le Sénégal en miniature.Non! vous vous trompez Monsieur le Président de Bok Gis Gis. Vous n'avez rien vu. Pour Gérer la Mairie de Dakar vous avez tout pour ne rien faire et pour gérer la République du Sénégal, vous n'avez rien pour tout faire.

 

Nguélaw Sène

13:57 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pape diop |  del.icio.us |  Facebook | | |