Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 28 juin 2017

Sénégal:Décès de l’ancien Premier ministre, Habib Thiam : La Nation rend hommage à un grand serviteur de l’État

La nation a rendu un dernier hommage à l’ancien Premier ministre, Habib Thiam, décédé, hier, à Dakar. Il a été inhumé au cimetière musulman de Yoff, après la levée du corps à l’Hôpital Principal de Dakar, en présence du chef de l’État, des corps constitués et de nombreuses hautes personnalités civiles, militaires et coutumières. C’est un serviteur de l’État que le Sénégal a perdu.

Ancien président de l’Assemblée nationale de 1983 à 1984, deux fois Premier ministre (1981-1983) puis de 1991 à juin 1998, Habib Thiam a reçu les honneurs de la nation toute entière, hier. Le chef de l’État, le président Macky Sall, avait, à ses côtés, le Premier ministre Mahammad Boun Abdallah Dionne, le président du Haut conseil des collectivités territoriales, Ousmane Tanor Dieng, la présidente du Conseil économique, social et environnemental (Cese), Mme Aminata Tall, plusieurs ministres et hauts fonctionnaires, l’ex-Premier ministre Mamadou Lamine Loum, les membres du Conseil de l’Ordre national du Lion.

C’est à 15 heures 37 minutes que le chef de l’État est arrivé sur les lieux pour saluer la famille du défunt, les parents et amis. Aussitôt après son installation, la sonnerie aux morts retentit sous les ordres d’un officier de l’armée sénégalaise qui commandait un détachement militaire. Des hommes en uniforme place le cercueil enveloppé du drapeau national devant la foule venue nombreuse pour rendre hommage à un serviteur de la Nation, un homme d’État qui a servi loyalement son pays.

Premier à prendre la parole, le Premier ministre, Mahammad Boun Abdalah Dionne, un des neveux de Habib Thiam qui fut le collaborateur direct de son oncle feu Doudou Thiam, alors ministre des Affaires étrangères du Sénégal indépendant. « Vous êtes l’une des dernières personnalités à échanger avec le Premier ministre Habib Thiam », a-t-il lancé au chef de l’État. « Il nous donnait des leçons de loyauté mais surtout ceux qui incarnaient la République et la Nation », a encore dit le Premier ministre dans son oraison funèbre.

De grandes qualités sportives
Originaire du Walo, cet enfant de Rebeuss est né à Dakar le 21 janvier 1933 avant de poursuivre ses études au célèbre lycée Van Vollenhoven actuel Lamine Guèye au Plateau. Des études qu’il poursuivra au collège Jules Ferry en France puis à Louis Le Grand. Après une licence en Droit et en Sciences politiques, il entra à l’École nationale de la France d’Outre-mer (Enfom) en 1960. Sortie de cette prestigieuse école où il eut comme condisciple l’ancien président Abdou Diouf, Habib Thiam fit différents stages au ministère de l’Économie et des Finances, en France, à la Banque de France, à l’Office du change et au Commissariat du Plan. Rentré au Sénégal, il dirigea le cabinet du ministre des Affaires étrangères d’alors de 1960 à 1962, puis celui du ministère de la Justice. Nommé, secrétaire d’État à la présidence de la République sous Senghor, il sera chargé du Plan et du Développement, puis du Plan et du Développement rural pendant 5 ans. Il sera aussi nommé gouverneur du Sénégal auprès de la Banque mondiale avant de redevenir ministre du Développement rural de 1968 à 1973. Élu député, il siégea à l’Assemblée nationale où il fit un brillant passage au Groupe parlementaire de l’Ups puis du Ps. C’est le 1er janvier 1981 qu’il succéda à Abdou Diouf à la Primature. Président de l’Assemblée nationale pendant une année (avril 1983 à avril 1984), il atterrit à la Bicis comme président du conseil d’administration de 1984 à 1991. Il revient au gouvernement en 1991 avant de le quitter définitivement en fin mai 1998. Militant socialiste, il eut d’éminentes fonctions au sein du Bureau politique, chargé des relations avec la presse et des relations internationales.

L’ancien Premier ministre est aussi très connu des milieux sportifs. Il dirigea le Comité national olympique sportif (Cnos) après une belle carrière sur les pistes d’athlétisme. Deux fois champion de France aux 200 mètres, il fut sélectionné 12 fois et remporta la médaille de bronze des Jeux universitaires mondiaux de 1957, et la médaille d’or du relais 4 X 100. Il force l’admiration pour reprendre les mots du Premier ministre et il est titulaire de plusieurs décorations dans les Ordres nationaux dont l’une lui a été remise par le président Macky Sall.

El Hadji Abdoulaye THIAM

 

Écrire un commentaire