Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 16 avril 2022

Escroquerie foncière à Yeumbeul-Comico: Six malfaiteurs, dont un délégué de quartier placés sous mandat de dépôt

Une délictueuse affaire de vente de terrain à titre d’habitation a atterri sur le bureau de Assane Fall, chef du poste de police de Yeumbeul. L’enquête a été diligentée par la  police  de la localité qui, en un temps record, a mis la main sur la bande de comploteurs. Le promoteur ayant pris la  tangente, son remplaçant Fallou Guèye, le délégué de quartier Ndiodou Ndiaye, Foula Kandé, Aly Diaw Diagne, Ngouda Sow et Khadim Seck ont été appréhendés.

Un réseau intense de vente illicite de terrains à titre d’habitation vient d’être démantelé à Yeumbeul (banlieue de Dakar) et les acteurs qui ont fait une vingtaine de victimes sont mis hors d’état de nuire. Ce groupe dont le chef de bande qui se faisait passer pour un chef d’agence immobilière avait continué ses exactions délictuelles avec le nommé Fallou Gueye, chauffeur de clando, avant de prendre la fuite.  Le chauffeur de clando qui faisait office d’homme de main du chef d’agence fuyard avait pris goût à l’argent facile et avait vite fait de maitriser toutes les ficelles des transactions.

Comme modus operandi, il avait repéré une parcelle nichée dans la zone de COMICO-Yeumbeul dont il prétendait être le propriétaire. Ainsi, il organise autour de lui toute une équipe de rabatteurs à la recherche d’un potentiel client. L’équipe constituée, les éléments  sont mis en service et une fois le pigeon entre les serres, Fallou demande l’intervention du délégué de quartier Ndiogou Ndiaye dont le rôle consistera à signer l’acte de vente du terrain. Ainsi Fallou Guèye et ses complices se rendent chez ce dernier en compagnie de leur client pour les formalités de vente. Pour bien ferrer l’acquéreur, Ndiogou Ndiaye conseillera vigoureusement à Fallou Guèye de ne pas vendre cette parcelle qui est bien placée. Mais il cédera devant l’insistance de ce dernier qui avait un besoin urgent d’argent. La transaction conclue et l’acte de vente signé, il ne restait plus que l’étape de la mairie.

Pour finaliser la vente, il fallait l’attestation domaniale dont un service de la mairie de Yeumbeul est délégataire. Le groupe se rend alors auprès de l’agent attitré qui leur délivre une attestation. Mais ce dernier se  déplace au préalable pour voir si le terrain existe effectivement. Mais là aussi l’arme de la corruption aidant, l’agent ferme les yeux et remplit les papiers qu’il fait signer par l’autorité municipale et le tour est joué. Le client paie rubis sur ongle 2 000 000 de francs CFA et empoche ses papiers.

Cette procédure de vente sera appliquée à une vingtaine de clients qui ont tous versé entre 1,5 million et  2 millions CFA. Et le pot aux roses est découvert lorsqu’un des acheteurs démarre la construction de son bâtiment et que d’autres « propriétaires » tentent de lui en empêcher en exhibant les mêmes papiers d’achat signés par les mêmes personnes. Les plaintes s’amoncelleront sur la table du commandant Fall qui, de fil en aiguille, parvient à localiser les mis en cause avant de les arrêter tous, à l’exception du chef de la bande qui a pris la tangente. Interrogé sur les faits qui lui sont reprochés, Fallou passe à table en avouant qu’il a bénéficié de la complicité d’autres personnes dont le délégué de quartier et l’agent municipal pour faire foi à ces dossiers de vente.Jusqu’au moment où nous mettions sous presse, les plaintes tomber encore à la main courante du poste de police de Yeumbeul qui a fini de boucler cette première partie de l’affaire dite des terrains de COMICO-Yeumbeul. En attendant, les mis en cause sont entre les mains de dame justice.

Écrire un commentaire