Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 25 août 2017

La revue de Presse de Hamidou Sagna de ce Vendredi25/08/2017

Une diversité de sujets au menu des quotidiens
 «Environnement : Un besoin de 89 milliards f cfa pour restaurer nos forêts», titre Le Soleil.
A propos de l’avancée de la mer dans la langue de Barbarie (Nord), L’Observateur voit le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement «Mansour Faye dans la mer des batailles».
«210 familles sinistrées dont 73 relogées à l’école Dodds à Ndar-Toute et 113 à l’école Cheikh Touré», explique le journal.
Revenant sur les averses d’hier sur la capitale, Vox Populi fait état d’une «pluie de…désagréments sur Dakar» et informe que «plusieurs quartiers de la banlieue sont sous les eaux».
En Afrique, à la Une, élection prévisible en Angola
Cette victoire du MPLA en Angola : C’était prévisible ! nous dit le quotidien Le Pays au Burkina Faso (http://lepays.bf/victoire-mpla-angola-cetait-previsible/). C’est sans conteste l’actuel ministre de la Défense, qui succèdera à Dos Santos, puisque l’ex-président Dos Santos l’a voulu ainsi. C’est l’alternance dans la continuité. Et c’est un moindre mal. Car, dans un continent où la tendance est au règne à vie, la démarche de Dos Santos ne manque pas d’élégance estime le journal. Sans doute Blaise Compaoré du Burkina Faso n’aurait-il pas été chassé du pouvoir s’il avait eu la sagesse de placer un de ses hommes liges à la tête de l’Etat. Reste à espérer que l’ancien ministre devenu président, rompra les ponts pour s’affranchir de la tutelle de son mentor, conclu le Pays.
A la Une: A la Une, le poids des habitudes
 La visite d’Emmanuel Macron, en tournée en Europe centrale et orientale, et ses déclarations sur la capacité des Français d’accepter les réformes font couler beaucoup d’encre ce matin.
« C’est maintenant que les difficultés commencent, » dit La Croix. Cet automne sera un test décisif pour la capacité du président « de profondément changer les structures économiques et sociales françaises ». Ces termes sont ceux que le chef de l’État a lui-même employés mercredi à Salzbourg. Ils disent une forte ambition et la volonté de ne pas céder devant le poids des habitudes, la coalition des immobilismes. « Emmanuel Macron et Édouard Philippe disposent toutefois d’un atout pour avancer, estime La Croix : l’extraordinaire émiettement de l’opposition. »
 
L’opposition, L’Humanité veut en être le porte-parole, à gauche en tous cas. « La gauche qui n’a trouvé aucun de ses petits dans la cohue des réformes lancées  »affirme le journal. « L’engagement du changement économique et social d’Emmanuel Macron se dessine selon le programme du patronat », affirme L’Huma.

Écrire un commentaire